• En-quête d’Aubervilliers. Atelier d’histoire sociale des étudiants de master-22 janvier 2020En-quête d’Aubervilliers
    Atelier d’histoire sociale des étudiants de master

    22 janvier 2020 • 9h30-17h30 • entrée libre

    Organisation • Les étudiants de l’atelier Aubervilliers du Master HSOC, L’école d’histoire de la Sorbonne, Le Centre d’histoire sociale des Mondes contemporains
    Lieu • Campus Condorcet, Centre colloques, place Front Populaire, Aubervilliers

    9h45-11h25 Aubervilliers, banlieue ouvrière

    11h35-13h Politiques sociales et culturelles

    14h30-16h De la banlieue rouge à la crise des banlieues

    16h-17h30 Projection-débat de Aubervilliers, d’Eli Lotar

    Télécharger programme complet


    votre commentaire
  • Le 1er avril 2020,  de 19h30 à 21 heures, pendant les Nocturnes de l'histoire, une rencontre-lecture autour d’Aubervilliers, de Léon Bonneff (1914) est proposée par l’Association française pour l’histoire des mondes du travail et Benoît Hamelin de la Compagnie Méliadès, en partenariat avec la Villa Mais d’Ici

    Aubervilliers, théâtre d'une histoire industrielle


    votre commentaire
  •  


    votre commentaire
  •  


    votre commentaire
  •  • rencontre/débat •

    mercredi 25 septembre 2019 à partir de 20 heures 
    La librairie Le Genre urbain (60, rue de Belleville, Paris 20e) v
    ous invite à une rencontre-débat avec Danièle Voldman et Charlotte Vorms sur le livre 
    Genres urbain
    autour d'Annie Fourcaut
     

    Actualité des livres publiés au CHS
    Où en est l'histoire urbaine des sociétés contemporaines?…  


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • LA FRANCE EN GUERRE DANS LE SECOND XXe  SIÈCLE
    Représentations et mémoires contemporaines • 2000-2017

    Inscription obligatoire • contact : memoirescontemporaines@gmail.com

    19  octobre 2018
    de 9 à 19 heures à l'Université paris 1 Panthéon-sorbonne
    • centre panthéon •

    9h-12 h • Sorbonne, amphithéâtre Lefèbvre • 14, rue Cujas, 75005 Paris

    13h30-19h : Sentre Panthéon-Sorbonne • salle 1 (1er étage) 12 place du Panthéon
    Accès métro : ligne 10 (arrêt Cluny La Sorbonne) ; ligne 4 (arrêt Saint-Michel ou Odéon)
    Accès RER : ligne B (arrêt Luxembourg) ; RER C (arrêt Saint-Michel)

    Télécharger « programme19:10:2018–difweb2oct..pdf »

    LA FRANCE EN GUERRE DANS LE SECOND XXe SIÈCLE

    En 2017, à respectivement 70 ans de la Seconde Guerre mondiale et 50 ans de la guerre d’indépendance algérienne, on peut être surpris par l’effervescence mémorielle qui, en ce début du XXIe siècle, rend présents, de façon inégale selon les conflits – trop de mémoire ici, pas assez là –, ces événements. L’héritage de ces passés, loin de concerner seulement l’histoire militaire, témoigne de l’évolution du regard à la fois historiographique et sociétal sur ces conflits, appréhendés par ailleurs de façon de plus en plus différentielle selon les générations impliquées.
    Le 18 juin 1960, le général de Gaulle inaugure le Mémorial de la France combattante au mont Valérien, le 25 janvier 2005 le Mémorial de la Shoah est inauguré à Paris par le président Jacques Chirac tandis que le 16 octobre 2015, le premier ministre Manuel Valls inaugure le Mémorial du camp de Rivesaltes. Entre ces dates, la perception et la mémorialisation de la Seconde Guerre mondiale connaissent une évolution marquante : à la célébration de la mémoire de la résistance succède celle de la mémoire de la déportation au prisme d’un « devoir de mémoire » centré sur l’extermination des Juifs d’Europe tandis que, plus récemment, la crise des mémoires nationales héroïques génère une mémoire plurielle du second conflit mondial. De son côté, la guerre d’indépendance algérienne, qui fut longtemps une « non guerre », reste encore à la marge des politiques mémorielles qui tardent à lui assurer un régime de commémoration. Contrairement aux mémoires plurielles mais désormais consensuelles des conflits mondiaux, cette mémoire encore fortement conflictuelle illustre la difficulté qu’a la société française, dans un contexte postcolonial, à accepter la pluralité des expériences guerrières.
    Dans cette configuration, le colloque invite à interroger les représentations – symboliques, politiques, architecturales, artistiques… – que ces différents conflits passés nourrissent depuis le début du XXIe siècle et à mettre en évidence des dynamiques mémorielles qui investissent l’espace public.

    Comité d’organisation
    Anne Bernou (anne.bernou@orange.fr)
    Andrea Brazzoduro, University of Oxford (andrea.brazzoduro@history.ox.ac.uk)
    Fabien Théofilakis, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (fabien.theofilakis@paris1-univ.fr)

    Comité scientifique
    Alya Aglan, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, S-IRICE
    Annette Becker, Université Paris Nanterre
    Raphaëlle Branche, Université de Rouen
    Corine Defrance, CNRS - Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, S-IRICE, LabEx EHNE
    Laurence Bertrand Dorléac, Sciences Po Paris
    Thierry Dufrêne, Université Paris Nanterre, INHA
    Robert Gildea, University of Oxford
    Itzhak Goldberg, professeur émérite, Université Jean Monnet, Saint-Étienne
    François-Xavier Nérard, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, S-IRICE, LabEx EHNE
    Natalya Vince, University of Portsmouth



    votre commentaire
  • Rencontre – débat 

    Un débat animé par Emmanuel Laurentin avec : Axel Pohn-Weidinger, Fabien Deshayes, Arlette Farge, Sylvie Thénault et Jean-Franćois Laé

    autour du livre
    L'amour en guerre 
    d’Axel Pohn-Weidinger et Fabien Deshayes

    Jeudi 21 septembre 2017
    de 12 à 14 heures

    L'amour en guerre

    Entre 1960 et 1962, Aimée Jean-Baptiste et Bernard Garigue, deux jeunes instituteurs, se sont aimés passionnément et se sont écrit. Aimée était noire, Bernard blanc. Ils ont vécu ensemble et s’apprêtaient à avoir un enfant au moment où Bernard a été appelé sous les drapeaux. Pendant six ans, Axel Pohn-Weidinger et Fabien Deshayes, deux jeunes chercheurs, ont mené l’enquête sur Bernard et Aimée, après avoir découvert leur correspondance, par hasard, dans une brocante parisienne. Leur démarche : nonpas pénétrer dans l’intimité de ce couple, mais au contraire en sortir et faire dialoguer une période historique précise – la guerre d’Algérie – avec une biographie singulière.

    Télécharger « prog_amour.pdf »

     


    votre commentaire
  • Bidonvilles, favelas, baracche
    Genèse politique et administrative des catégories de la ville informelle,
    19-20e siècle

    Paris, 3 et 4 juillet 2017
    Centre Malher, salle 106 • 9 rue Malher • 75004 Paris

    Bidonvilles, favelas, baracche

    Télécharger « Bidonvilles favelas baracche-atelier juil.2017difmail.pdf »

    Atelier ouvert librement au public
    contact : charlotte.vorms@univ-paris1.fr

    Programme
    Émergences
    La ville informelle au 20e siècle. Politiques urbaines et administration des populations


    votre commentaire
  • Inventer le Grand ParisInventer le Grand Paris – IPG
    Histoire croisée des métropoles

    Le projet « Inventer le Grand Paris » a pris forme en 2012 à l’initiative d’un groupe d’enseignants-chercheurs issus d’écoles d’architecture, de paysage, d’urbanisme et de laboratoires de sciences humaines et sociales autour du centenaire du rapport Poëte/Bonnier (1913-2013).

    Interroger l’histoire du Grand Paris
    comme concept métropolitain

    Une démarche scientifique ouverte

    Interroger l’histoire du Grand Paris
    par les humanités digitales

    L’ouverture du site Inventer le Grand Paris au printemps 2017 marque la volonté de pérenniser l’action entreprise depuis plusieurs années tout en la prolongeant. Elle doit permettre un large accès aux travaux déjà réalisés, mais aussi susciter des recherches futures en mettant à disposition des matériaux et des outils de recherche, toujours dans une perspective internationale croisée.

    La vocation du site n’est pas encyclopédique et ne vise pas à constituer une base de données exhaustive du Grand Paris sur le modèle des big datas. Il ne s’agit pas non plus de fixer une histoire officielle et définitive du projet métropolitain. Issu du travail d’un collectif de chercheurs qui lui même se pose des questions, le site entend offrir des approches problématisées approfondies selon une démarche scientifique afin de participer à la construction de l’histoire du Grand Paris. La forme d’un site internet permet cette approche progressive et cumulative.

    Les sections du site ont donc été pensées dans cet esprit :

    la section panorama(s) historique(s) propose de construire un premier état des savoirs du l’histoire du Grand Paris autour de quatre moments historiques par la mise en ligne des travaux issus des rencontres internationales IGP (2013-2016), amenés à être ultérieurement complétés par d’autres contributions.
    avec les actes du colloque 2013 fichiers pdf à télécharger 
    et les actes des colloques 2014, 2015 et 2016 en cours d'édition

    Inventer le Grand Paris

    • la section chantiers de recherche quant à elle entend publier la diversité des travaux actuels sur le Grand Paris et sur les métropoles, ainsi que les nouveaux chantiers de recherche et manifestations organisées par IGP.
    • la section corpus vise à donner accès à des documents d’archive majeurs de l’histoire du Grand Paris, accompagnés d’un travail scientifique mené par le collectif.

    Inventer le Grand Paris

    • Enfin, des instruments de recherche sont proposés pour faciliter la découverte de l’histoire du Grand Paris et des métropoles.

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique