• Filles de justice. Du Bon Pasteur à l’Éducation surveillée (XIXe-XXe siècles)

    Filles de justice - Françoise Tétard et Claire DumasFrançoise Tétard et Claire Dumas

    Depuis deux siècles, elles ont été sans cesse transférées de prisons en quartiers correctionnels, de maisons pénitentiaires en écoles de préservation. Confinées derrière une clôture. Qui sont-elles ? Qu’ont-elles fait ? Des mineures qui, pour diverses raisons, sont passées devant un juge. Elles ne sont pas forcément délinquantes, mais elles seraient susceptibles de l’être ; elles ne sont pas forcément prostituées, mais elles seraient au bord de l’être. Toujours considérées comme difficiles, voire vicieuses.

    L’État se sentant impuissant s’est déchargé sur les congrégations religieuses et leur a « confié » la rééducation de ces filles, sous forme d’une mission de service public. La congrégation Notre-Dame de Charité du Bon Pasteur d’Angers, déjà spécialisée dans les filles perdues, a ainsi acquis un monopole. Contre des prix de journée versés par l’État, elle les a reçues au milieu des autres femmes et adolescentes, pensionnaires de tous âges. Cette situation a perduré sous la Troisième République, au moment du vote des lois de 1901 et de 1905, en plein conflit entre confessionnels et laïques. Un scandale cependant est venu éclabousser la réputation de la congrégation quand, à Nancy, l’évêque entra en conflit avec la supérieure ; il s’en suivit un procès qui se solda par la fermeture en 1903 du Bon Pasteur de la ville. Cet ouvrage a pour fil conducteur l’histoire d’un de ces établissements, ouvert en 1839, à Bourges (Cher). Un hectare, en plein centre ville, un îlot hors du temps. En 1966, une mère supérieure éclairée commençait à moderniser la maison lorsqu’elle reçut l’ordre de procéder à la vente du patrimoine. L’acquéreur en fut le ministère de la Justice qui cherchait un lieu idéal pour expérimenter des pédagogies auprès des filles dans le secteur public. Comment s’est réalisé ce passage du monde religieux à la culture laïque ? D’autres établissements du Bon Pasteur ont subi le même sort et, à partir des années 1960, ont progressivement lâché ce qui constituait leur identité. Pourquoi, après avoir résisté si longtemps ?

    Beauchesne-ENPJJ, 2009
    483 p.


    votre commentaire
  • Les cultures du volant. Essai sur les mondes de l’automobilisme, XXe-XXIe siècles

    Mathieu Flonneau - Les cultures du volant. Essai sur les mondes de l’automobilisme, XXe-XXIe sièclesMathieu Flonneau

    L’automobile a permis l’exaltation de l’individualisme. Elle a aussi enfanté une religion moderne et créé une riche culture dont le déchiffrement mérite le détour. Qu’elle soit appréciée ou au contraire perçue comme une absurdité voire une catastrophe, l’automobilisation du monde au XXe siècle n’en possède pas moins sa logique. En cheminant dans la sphère du rêve automobile et de ses icônes, en auscultant les évolutions et les déclinaisons de la pratique de l’art de conduire, en analysant les représentations de l’objet automobile et sa diffusion planétaire dans toutes les strates de la société, cet ouvrage propose au lecteur l’histoire culturelle d’une technique universelle. Depuis la fascination exercée par les toutes premières autos jusqu’à la servitude des embouteillages doublée d’insupportables deuils routiers, c’est à une véritable analyse de la civilisation automobile que Mathieu Flonneau s’exerce ici. Par un patient voyage dans les lieux de mémoire automobiles, en illustrant son propos de nombreux documents iconographiques et de textes littéraires, Mathieu Flonneau plaide dans cet essai pour une histoire de l’automobile qui soit enfin celle de l’automobilisme, c’est-à-dire l’histoire de l’un des styles contemporains de l’homme et de la femme, écartelés entre l’individuel et le collectif, bref, l’histoire d’un authentique art de vivre.


    Autrement, 2008
    coll. «Mémoires/Culture, n° 141»,
    223 p. ill.


    votre commentaire
  • Mémoires du travail à Paris
    Faubourg des métallos, Austerlitz-Salpêtrière, Renault-Billancourt

    Mémoires du travail à Paris Faubourg des métallos, Austerlitz-Salpêtrière, Renault-Billancourt - Michel Pigenetsous la direction de
    Michel Pigenet

    Cet ouvrage analyse les résultats d’une enquête menée auprès de dizaines d’habitants et d’actifs de trois sites parisiens : le faubourg des métallos dans le 11e arrondissement, le secteur Austerlitz-La Pitié-Salpêtrière dans le 13e et les alentours de l’ancienne usine Renault-Billancourt dans l’actuel département des Hauts-de-Seine.

    L’approche ethno-historique de ces trois milieux urbains différents évoque les années de travail et les parcours professionnels, les traces que le travail a laissées tant chez les individus que dans les paysages.
    Entre fierté, satisfaction, humour, regrets, désarroi, colère ou révolte, la variété du vocabulaire et des postures atteste la dimension affective des remémorations. Les auteurs évaluent la part du travail – à l’usine, au bureau ou au magasin – dans la construction croisée des mémoires et de l’histoire de la grande métropole. Chemin faisant, ils interrogent la nature du travail urbain dans la seconde moitié du xxe siècle, ses mutations et les enjeux complexes de la mémoire.
    L’ouvrage est illustré de documents photographiques et de plans en noir et blanc ou en couleurs.

    Territoire de toutes les mobilités, la métropole parisienne remodèle sans cesse ses contours et sa physionomie, son peuplement et ses activités, ses solidarités et ses tensions, ses identités et ses images collectives.

    Contributions de Christian Chevandier, Nicolas Hatzfeld, Jean-Charles Leyris, Alain P. Michel, Michel Pigenet et Laure Pitti

    Créaphis, 2008
    320 p. ill.

     

    Mémoires du travail à Paris Faubourg des métallos, Austerlitz-Salpêtrière, Renault-Billancourt - Michel Pigenet

    Encadré photo pointant sur le site http://www.robert-doisneau.com/fr/portfolio/automobiles-renault.htm

     

    Magasins généraux du quai d'Austerlitz, 1925 (cliquer pour agrandir)

     Magasins généraux du quai d'Austerlitz 1925 - source Gallica. Cliquer sur la photo pour l'agrandir

     

    Faubourg des métallos, Maison des métallos, Paris 11ème

    Faubourg des métallos, Maison des métallos, Paris 11ème (cliquer sur la photo pour l'agrandir)

     


    votre commentaire
  • La mort une affaire publique. Histoire du syndicat intercommunal funéraire de la région parisienne

    La mort une affaire publique. Histoire du syndicat intercommunal funéraire de la région parisienne. Emmanuel BellangerEmmanuel Bellanger

    Au tournant du XIXe et XXe siècles, la mort est devenue une affaire administrative, politique, financière et technique. L’activité funéraire donne lieu à un mouvement de professionnalisation, celle des croque-morts à l’évidence, mais également celle des élus locaux. Sous la république, c’est en effet au maire qu’incombe la responsabilité de veiller à l’application des politiques funéraires. De la Pompe au cimetière, en passant par les crématoriums et les chambres funéraires, le magistrat municipal est placé à l’avant-garde du respect de la décence publique et de la laïcité. Sous la pression démographique, il se convertit en un administrateur averti, garant de la cohésion sociale des petites patries communales.

    Dans la France urbaine, pouvoir inhumer ses morts devient une exigence absolue. La loi du 28 décembre 1904 sur le monopole communal du service public des pompes funèbres consacre la responsabilité des édiles dans la gestion de la mort. En banlieue, les élus se lancent dans une dynamique de mutualisation de leur prérogative pour mieux défendre leur intérêt face à l’entreprise la plus puissante du marché, les Pompes funèbres générales (PFG). Ils créent en 1905 le Syndicat intercommunal des pompes funèbres, le SIFUREP, une organisation fédérant aujourd’hui 72 communes et couvrant un territoire de 2,8 millions d’habitants.
    Ce livre donne à découvrir l’invention et l’institutionnalisation d’une politique publique méconnue. Il révèle une nébuleuse d’acteurs publics et privés disposés à s’entendre pour mieux administrer et satisfaire les besoins de leurs contemporains. Il croise l’histoire de ce syndicat avec l’histoire de la régie funéraire de la capitale, de ses nécropoles extra-muros et des cimetières intercommunaux suburbains. Il rassemble enfin des portraits, des témoignages et surtout une iconographie inédite représentant, sur plus d’un siècle, les obsèques de personnalités qui ont marqué l’histoire de la banlieue parisienne.

    Éditions de l’Atelier, 2008
    287 p.


    Quelques figures du syndicat intercommunal funéraire de la région parisienne : 

    André DUVAL - Président du syndicat funéraire de 1945 à 1965. Secrétaire adjoint de la mairie de Bagnolet, militant communiste de la Seine, conseiller municipal de Bobigny. En 1945, désigné délégué suppléant au syndicat intercommunal des Eaux, délégué titulaire aux syndicats intercommunaux des Pompes funèbres et de l’Électricité. En 1947, désigné délégué titulaire aux syndicats intercommunaux de l’Électricité et des Pompes funèbres. Duval, en 1953 fut réélu comme délégué titulaire aux syndicats intercommunaux de l’électricité et des pompes funèbres. En 1959, il était désigné comme délégué titulaire aux syndicats intercommunaux des Pompes funèbres et de l’Électricité et comme suppléant aux syndicats intercommunaux du Gaz.

    André Duval - Président du syndicat funéraire de 1945 à 1965

    Georges JULIEN, maire adjoint (communiste) de Bobigny à partir de 1965 - Président du syndicat intercommunal des pompes funèbres, durant cette période. Son autobiographie "le chemin de ma vie, de Pagny à Bobigny - 1908-1996" a été publiée en 2000 (Le temps des cerises. Collection Gyrofla) : 

    Georges Julien - Président du syndicat intercommunal des pompes funèbres en 1965 

    Michel LAUBIER, premier-adjoint au Maire de Nanterre, président du syndicat intercommunal des pompes funèbres de 1983 à 2008. Conseiller Général, il deviendra aussi, en 1995, Président de l’Office municipal HLM de Nanterre, il était déjà délégué à l’urbanisme de la commune.  Ici en 1988 avec Jean-Pierre CAMPOS maire adjoint et Patrick JARRY conseiller municipal :

    Michel LAUBIER, premier-adjoint au Maire de Nanterre, président du syndicat intercommunal des pompes funèbres en 1983


     

    Quelques illustrations d'obsèques, début du siècle :

    Obsèques du charpentier Armand, gréviste du bâtiment tué, 19 juillet 1911 (source photo, Gallica, cliquer sur la photo pour l'agrandir) :

    La mort une affaire publique. Obsèques du charpentier Armand, gréviste du bâtiment tué, 19 juillet 1911

     

    25 janvier 1912, Vincennes tramway funéraire avec trappe spéciale sur le côté (source photo, Gallica, cliquer sur la photo pour l'agrandir) :

    La mort une affaire publique. 25 janvier 1912, Vincennes tramway funéraire avec trappe spéciale sur le côté (source photo, Gallica, cliquer sur la photo pour l'agrandir)

     

    1914 Funérailles d'un soldat français, soldats et civils suivant un corbillard . (source photo, Gallica, cliquer sur la photo pour l'agrandir) : 

    La mort une affaire publique. Funérailles d'un soldat français, soldats et civils suivant un corbillard 1914

     27 février 1915, funérailles d'un tirailleur marocain (source photo, Gallica, cliquer sur la photo pour l'agrandir) :

    La mort une affaire publique. funérailles d'un tirailleur marocain. 1915 

     1933  Funérailles des 8 victimes de l'explosion du Central électrique des usines Renault, "le corbillard d'une des victimes, suivi de ses camarades arabes" source : Gallica

    La mort une affaire publique. "Funérailles des 8 victimes de l'explosion du Central électrique des usines Renault, le corbillard d'une des victimes, suivi de ses camarades arabes" 1933

     


    votre commentaire
  • Paris dernier voyage. Histoire des pompes funèbres (XIXe-XXe siècles)

    Paris dernier voyage. Histoire des pompes funèbres (XIXe-XXe siècles) - Bruno Bertherat  et Christian Chevandiersous la direction de
    Bruno Bertherat
    et Christian Chevandier

    De 1874 à 1996, au 104 de la rue d’Aubervilliers, une véritable cathédrale industrielle a abrité le service des Pompes funèbres de la ville de Paris. C’est là, dans un des quartiers les plus populaires de la capitale, à deux pas du bassin de La Villette, que les cercueils étaient fabriqués, les corbillards aménagés, les énormes tentures noires cousues, les funérailles planifiées. C’est d’ici que les croque-morts partaient chaque matin assurer des dizaines d’enterrements. C’est tout un monde de métiers les plus divers qui s’affairaient pour aider à accompagner les Parisiens dans leur ultime voyage.

    Cet ouvrage, illustré de nombreux documents originaux et parfois surprenants, raconte l’histoire de la mort à Paris : ses causes, bien sûr, mais aussi la grande diversité des pratiques funéraires qui en disent long sur l’état des rapports sociaux dans la capitale. Ils décrivent l’activité quotidienne des pompes funèbres, le fonctionnement de la « machine » du 104, mais aussi la vie des hommes et des femmes qui y ont travaillé, et dressent la géographie de la mort dans la capitale. Ils montrent notamment comment ce service municipal a su, tout au long de ces décennies, adapter son activité aux transformations du rapport de la société et des individus à la mort.

    La Découverte, 2008
    199 p. illustrées


    votre commentaire
  • Retraites. Une histoire des régimes spéciaux

    Retraites. Une histoire des régimes spéciaux - Michel Pigenetsous la direction de
    Michel Pigenet

    Devant l’allongement de la durée de la vie et les déficits croissants des régimes de protection sociale, le gouvernement a décidé une réforme historique par son ampleur des régimes dits spéciaux de retraites (SNCF EDF RATP…).
    Cet ouvrage explique l’origine de la création des régimes spéciaux de retraites et revient sur les conflits sociaux nés des précédentes tentatives de remises en cause. Il donne les clés de compréhension des spécificités de ces régimes par rapport aux régimes généraux de retraites et à l’histoire du service public. Il permet ainsi de mieux appréhender l’actualité.
    C’est un outil simple, accessible et référence pour les professionnels des organisations de retraite et de prévoyance, organisations syndicales, responsables en ressources humaines et historiens.

    ESF éditeur, 2008
    95 pages


    votre commentaire
  • L’invention du bronzage

    L’invention du bronzage - Pascal OryPascal Ory

    L’une des principales révolutions culturelles du XXe siècle n’a, jusqu’à présent, guère suscité l’intérêt des historiens : celle qui a conduit le canon de la beauté pigmentaire de l’ordre du marbre à celui du bronze.

    Dans un essai historique vif, original et stimulant, Pascal Ory revient sur la délimitation historique du phénomène, caractéristique du tournant des années 1930. Il en propose, au-delà des réponses périphériques parfois avancées, qui vont du goût de Coco Chanel aux congés payés et offrent chacune leur intérêt, une approche plus structurelle. La grille d’interprétation nécessite de faire converger vers cet objet tout à la fois le discours scientifique de l’héliothérapie, la nouvelle économie des cosmétiques, la politique de l’aventure coloniale, la culture du plein air, voire l’expression d’un nouvel homo-érotisme. La détermination essentielle reste, comme il se doit, de nature proprement culturelle, puisqu’elle combine stratégie sociale de distinction des élites et progrès général des valeurs hédonistes.

    Éditions Complexe, 2008  133 pages


     

    Deauville, 1927 : scènes de plage. Cliquer pour agrandir

    Deauville, 1927 : scènes de plage

    Cliquer sur la photo pour l'agrandir

     


    votre commentaire
  • Les deux France du Front populaire. Chocs et contre-chocs

    Gilles Morin et Gilles Richard - Les deux France du Front populaire sous la direction de
    Gilles Morin et Gilles Richard

    Au printemps 1936 surviennent en même temps une victoire électorale des gauches unies «contre la menace fasciste» et un puissant mouvement social.

    Aspects les plus visibles d’une radicalisation de la société dans son ensemble, ils n’épuisent cependant pas ce moment exceptionnel en termes de mobilisation politique, de confrontation sociale et symbolique. France de gauche contre France de droite, la question des mobilisations se pose à travers le succès de rassemblements antifascistes, mais aussi du Parti social français de La Rocque, alors que des forces traditionnelles comme le parti radical se délitent. Paysannerie, classes moyennes urbaines, patronat y participent autant que le mouvement ouvrier ; tous se forgent alors leur identité pour plusieurs générations. Cette interaction, sans laquelle on ne peut rien comprendre, ces confrontations, mais aussi les compromis trouvés alors sont l’objet de cet ouvrage.
    Le Front populaire a cessé d’être un enjeu central du débat politique, et il n’est plus un modèle pour la gauche. L’intérêt des historiens s’est aussi déplacé. Aujourd’hui, de nouvelles approches, s’appuyant sur des sources inédites, permettent de renouveler le regard sur cette France du Front populaire, à Paris mais aussi dans un tour de France des régions.
    Les recompositions des champs politique, social, institutionnel, à l’œuvre au milieu des années trente, annoncent aussi la France de la seconde moitié du xxe siècle. Elles sont au cœur des réflexions de l’équipe d’historiens et de politistes rassemblés pour cet ouvrage.

    L’Harmattan, 2008   coll. «Des poings et des roses»  440 p.


     

    Table des matières

     

    Gilles Morin et Gilles Richard. Introduction                                                                               

    Documents iconographiques                                                                                                                  

    Première partie   Enjeux politiques et approches historiographiques du Front populaire

    José Gotovitch, Belgique . Un Front populaire de papier...                                                      

    Aldo Agosti. Le Front populaire danis le champ des gauches européennesLa grève dans les Studios Gaumont, 1936 (cliquer pour agrandir)

    Stéphane Sirot. La vague de grèves du Front populaire : des interprétations divergentes et incertaines                       

    Gilles Richard. Les droites contre le Front populaire. Essai de bilan des recherches depuis dix ans   

    Sophie Cœuré. Les archives « de Moscou » : histoire de l'État à la fin des années trente et naissance d'une source pour l'histoire du Front populaire                              

    Deuxième partie  - Les mutations du champ politique

    Jean Garrigues. Les débats parlementaires du Front populaire       

    Gilles Morin. Génération Front populaire ? Renouvellement et caractéristiques du personnel socialiste au temps du Front Populaire          La jeunesse : cortège du Front populaire(cliquer pour agrandir)                                                                                   

    Gilles Le Béguec. La nouvelle génération parlementaire modérée                                              

    Arnaud Chomette. Sauver une France libérale. Pierre-Etienne Flandin : Entre stratégie centriste et attraction autoritaire                                                                          

    Jean-Paul Thomas. Le Parti social français, élément majeur d’une refonte du système de contrôle politique des droites à la fin îles années trente ?                           

    Vincent Chambarlhac et Thierry Hohl. Une nouvelle extrême gauche s'est-elle formée? Front populaire et radicalité                                                       

    Troisième partie Les dynamiques sociales

    Morgan Poggioli. Le syndicalisme précurseur de l’unité, politisation et recomposition interne  Délégués de grèvistes des chocolateries dans la cour du Ministère de l'Intérieur (cliquer pour agrandir)                              

    Sylvain Boulouque. Les unitaires, le Front populaire et l'unité syndicale : mutations sociales, actions collectives et pragmatisme partisan                                              

    Michel Dreyfus. Coopération et mutualité sous le Front populaire                             

    Sylvie Guillaume. L'enjeu des classes moyennes sous le Front populaire                       

    David Bensoussan. L’Union nationale des syndicats agricoles (UNSA) face au Front populaire  

    Laure Machu. La convention collective, fondatrice de nouveaux rapports sociaux et politiques ?

    Quatrième partie Politisation populaire et évolution des élites

    Edouard Lynch. Les campagnes du Front populaire : entre violence et politisation    

    Emmanuel Debono. Le Front populaire et le militantisme antiraciste : l’exemple de la Ligne internationale contre l’antisémitisme                                                     

    Nathalie Sevilla et Emmanuel Naquet. La Ligue de l’enseignement et la Ligne des droits de l’hommeau temps du Front populaire : deux associations parapolitiques face aux enjeux politiques posés à la gauche citoyenne                  

    Olivier Dard. La réorganisation du patronat au temps du Front populaire      Congrès International des Femmes d'Affaires à Paris : Miss Perkins, Ministre du Travail des Etats-Unis, prend la parole. 1936 (cliquer pour agrandir)

    Alain Chatriot. Les instances consultatives de la politique économique et sociale 

    Nicolas Roussellier. Le Front populaire, un régime politique nouveau ?          

    Cinquième partie Front populaire et Front de la liberté : tour de France

    Robert Mencherini. Le Front populaire dans les Bouches-du-Rhône : la droite en réaction                           

    Bernard Lachaise. L’Aquitaine,foyer de résistance radicale et de l’Union socialiste et républicaine ?      

    Mathias Bernard. L’Auvergne, entre Varenne et Laval   Fête de Jeanne d'Arc 1934,  le cortège, "la Sarre" (cliquer pour agrandir)

    François Roth. L'Est, un bastion conservateur ?       

    Sixième partie Le choc des cultures?

    Serge Berstein. Le modèle républicain et le marxisme                                                              

    François Lafon. Le congrès de Mulhouse du Parti socialiste en 1935 : prévenir les risques de l’exercice du pouvoir

    Séverine Liatard. Autour de la Gauche révolutionnaire : des femmes en politique au temps du Front populaire Lucie Colliard        Piverstistes à Royan, 1938

    Gilles Vergnon. L'antifascisme, un trait d'union entre les gauches?  
    1935 Manifestations, Place de la Bastille

    Noëlline Castagnez. Le pacifisme, facteur dissolvant des forces politiques et sociales                     

    Frédéric Cépède. Les affiches du Front populaire : quelle guerre des images ?    

    Antoine Prost, Conclusion

     

     


      

    1936 Les ouvriers en grève aux Usines Renault photographie de presse  Agence Meurisse
    1936 Les ouvriers en grève aux Usines Renault
    Source Gallica (cliquer sur la photo pour l'agrandir)

     

    Messe anniversaire pour les victimes du 6 Février 1934 : le colonel de La Rocque dans une attitude de recueillement  (1937)
    Messe anniversaire pour les victimes du 6 Février 1934 :
    le colonel de La Rocque dans une attitude de recueillement 
    Source Gallica

     

     

    Les illustrations de cette page internet ont pour source Gallica, et le fonds Marceau Pivert (CHS)

     


    votre commentaire
  • La culture comme aventure. Treize exercices d’histoire culturelle

    La culture comme aventure - Treize exercices d’histoire culturelle - Pascal OryPascal Ory

    L’histoire culturelle a désormais pignon sur rue. Cette reconnaissance, à une époque où la formule suscitait le scepticisme, est due en partie au talent de Pascal Ory. Grâce à lui, depuis son premier texte sur le sujet paru en 1981, on accepte ce concept neuf.
    Ce recueil défend et illustre l’histoire culturelle : il réunit une sélection des textes publiés entre 1982 et 2007, et propose certains inédits. Autant d’études de cas, du surréalisme à la gastronomie, de la vexillologie à la bande dessinée, de l’histoire du cinéma à l’art populaire, qui permettent de délimiter concrètement le champ de ladite histoire, approchée dès longtemps comme histoire sociale des représentations, tout en posant les questions de méthodes auxquelles cette histoire tente de répondre.
    Cet ensemble est précédé d’une introduction inédite, où Pascal Ory présente les « thèses » (évidemment au nombre de treize) qui définissent les enjeux fondamentaux de ce débat.

    Éditions Complexe, 2008
    299 p.

     


     

    1888, Publicité Le chocolat des gourmets : Trébucien, Cours de Vincennes, Paris. Cliquer sur la photo pour l'agrandir

    1888, Publicité Le chocolat des gourmets : Trébucien, Cours de Vincennes, Paris.
    Source photo : Gallica - Cliquer sur la photo pour l'agrandir

     


    votre commentaire
  • La France en guerre 1954-1962.
    Expériences métropolitaines de la guerre d’indépendance algérienne

    La France en guerre 1954-1962 - Raphaelle Branche et Sylvie Thenaultsous la direction de
    Raphaëlle Branche et Sylvie Thénault

    Comment ceux qui habitaient en métropole, Français et migrants venus d'Algérie, ont-ils vécu et connu cette guerre ? Quelles ont été les manifestations du conflit algériens sur le terrain métropolitain ? Quelles en ont été les répercussions locales ? Par des événements touchant leurs familles, leurs activités professionnelles, culturelles, militantes ou citoyennes, l'objet de cet ouvrage est de cerner au plus près le vécu de la guerre d'indépendance algérienne en métropole.

    Le rôle de l'espace métropolitain, jusque-là peu présent dans la recherche, mérite en effet d'être réévalué, sans se limiter à l'image d'une base arrière du nationalisme algérien, siège d'une intense bataille de l'écrit. Surtout, le regard, trop souvent limité à Paris et sa région, doit être déplacé vers l'ensemble du pays. Délaissant une analyse des dérisions politiques parisiennes ou une démarche de synthèse à l'échelle nationale, l'ambition est de donner à voir les expériences de la guerre au quotidien, dans leur diversité.

    Fondées principalement sur les archives départementales, les contributions rassemblées ici dessinent une nouvelle histoire de la guerre d'indépendance algérienne, ouvrant ainsi des perspectives renouvelées à la recherche.

    Comprendre comment les habitants de métropole vécurent la guerre, c'est aussi saisir la place que ces événements eurent dans leurs vies, et ensuite, peut-être, dans leurs mémoires.

     Autrement, 2008    coll. « Mémoires/Histoire, n° 142 »  506 p.   


     L’ouvrage, qui regroupe quarante et une contributions, sans compter le texte d’ouverture, forme un ensemble de 460 pages réparties en cinq chapitres
    1. Un écho lointain de l’Algérie dans une France encore très rurale
    2. Enseignants, étudiants, syndicalistes, chrétiens : des milieux réceptifs
    3. S’engager sur le sort de l’Algérie
    4. Réprimer
    5. Logement et insertion sociale : les enjeux de la guerre


    La guerre en métropole : Conférence de Sylvie... par forumdesimages

    Cet enregistrement vidéo de la conférence de Sylvie Thénault est entrecoupée de nombreux extraits de films (de fiction et de documentaires) choisis par Sylvie Thénault pour illustrer son propos : les roseaux sauvages de André Téchiné, la belle vie de Robert Enrico, Elise ou la vraie vie de Michl Drach, Chronique d’un été, de Jean Rouch et Edgar Morin, El Bi'r de Béatrice Dubell, guerre secrète du FLN de Malek Bensmail, des extraits de films d'actualité...


    Recensions du livre dans la presse :

    Télérama : « Une couverture de Paris-Match datant de 1954 et illustrée par une superbe photo de Gina Lollobrigida, avec un cartouche blanc qui dit « La vague terroriste a franchi la frontière de l'Algérie », est aussi la couverture de ce livre. Ainsi, dans la France de 1954, la guerre d'Algérie, qui n'est encore officiellement qu'une opération de maintien de l'ordre, s'invite comme par ­effraction dans l'actualité.

    Dans cet ouvrage, une quarantaine de contributions abordent les façons dont ce conflit va occuper l'opinion publique de la métropole, par le biais de la presse quotidienne régionale, des articles et des images, des ­associations ou des syndicats. En Limousin, en Picardie, dans le nord et le sud de la France, les mobilisations, les prises de conscience ont des contours que les grandes études synthétiques ont parfois négligés. « Des harkis dans la Vienne », « Les obsèques des soldats morts en Algérie » dans l'ouest de la France, l'internement des Algériens ou des putschistes, ou encore « Le rendez-vous manqué des Algériens et du Parti communiste français » : autant de thèmes qui explorent les effets de la guerre dans le maillage complexe des provinces françaises. L'étude des médias, des lieux de travail et des lieux de culte à l'échelle locale apporte un éclairage très instructif sur les ondes de choc de la « sale guerre ».

    En savoir plus sur http://www.telerama.fr/livres/la-france-en-guerre-1954-1962-experiences-metropolitaines-de-la-guerre-d-independance-algerienne,78761.php#tA07GaaWkreEm0A4.99

    Voir aussi  :

    * L'article d'Omar Carlier sur http://www.histoire-politique.fr/index.php?numero=19&rub=comptes-rendus&item=183AX 

    *    L'article de Gilbert Meynier, « Branche Raphaëlle, Thénault Sylvie (dir.), La France en guerre 1954-1962. Expériences métropolitaines de la guerre d’indépendance algérienne, Paris, Autrement, Coll. Mémoires/Histoire, 2008, 506 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 126 | novembre 2009, mis en ligne le 24 septembre 2009, consulté le 18 avril 2014. URL : http://remmm.revues.org/6299 


    Sur le même sujet,
    Une conférence vidéo relatant d'autres recherches sur la diversité des réactions vis à vis de la guerre d'Algérie en France métropolitaine. Ici dans les Cévennes (1954-1962), exposé de Bernard Deschamps :

    Colloque pour une histoire critique et citoyenne - le cas de l'histoire franco-algérienne : Bernard Deschamps retrace le contexte dans le Gard, dans le département des Cévennes profondément marqué par le souvenir des Camisards et par la Résistance au nazisme. Il est aussi question du bassin houiller des Cévennes et de la réaction des mineurs algériens (1 264 sur 14 764 mineurs au total) très politisés avec le MTLD et, dans leur majorité, syndiqués à la CGT...

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique