• La captivité de guerre au XXe siècle. 
    Des archives, des histoires, des mémoires

    La captivité de guerre au XXe siècle. Des archives, des histoires, des mémoiressous la direction d’Anne-Marie Pathé
    et de Fabien Théofilakis

    Paris, Armand-Colin, coll. « Recherches », 2012
    230 x 152 mm, 376 p.

    Eean13  9782200280444
    isbn 978-2-200-28044-4

    Si le XXe siècle apparaît comme le siècle des guerres, la figure du prisonnier est longtemps restée comme oubliée. Or, les captifs se comptèrent par millions lors des deux conflits mondiaux, se sont affirmés comme un enjeu central des guerres de décolonisation et révèlent aujourd'hui les mutations, stratégiques et juridiques, des conflits du XXIe siècle.

    Objet d'une forte demande sociale, en France comme à l'étranger, la captivité de guerre fait, depuis une décennie, un retour remarqué dans les travaux des historiens. Transnationale par définition, son histoire déborde les champs de bataille pour toucher l'ensemble des sociétés en guerre de Sarajevo à Guantanamo. Le prisonnier se retrouve ainsi au cœur des dynamiques de mobilisation comme de celles des sorties de guerre, militaires autant que culturelles. L'étudier offre des perspectives de recherche particulièrement fécondes sur les liens entre système de camps et droit international humanitaire, traumatismes et adaptations, sociales comme intellectuelles, et révèle la complexité des interactions entre les captifs et les sociétés qui les côtoient ou les attendent. Face à cet intérêt renouvelé, le présent ouvrage invite, pour la première fois, des archivistes, des historiens et d'autres spécialistes de sciences humaines à dresser un panorama international de la captivité en temps de guerre.


    votre commentaire
  • Villes et culture sous l'Occupation.
    Expériences françaises et perspectives comparées

    Villes et culture sous l'Occupation, sous la direction de Fr. Taliano-Des Garetssous la direction de
    Fr. Taliano-Des Garets

    Paris, Armand Colin, 2012
    Coll. «Recherches»
    240 x 160 mm • 384 p.

    ISBN : 978-2-200-27592-1
    EAN13 : 9782200275921
    prix : 30€

    Cette synthèse de l'histoire de la vie des politiques culturelles urbaines pendant la Seconde Guerre mondiale permet d'identifier les échanges culturels, les flux d'idées d'artistes et de définir la culture comme vecteur de la résistance identitaire et politique face à l'occupant. ©Electre 2014

    Villes et culture sous l'Occupation « Toute la France, toute l'Europe est en prison » écrivait Jean Guéhenno dans Journal des années noires. Quelles furent les répercussions d'un tel contexte sur la vie culturelle ? En s'intéressant aux pratiques et aux politiques culturelles urbaines sous l'Occupation en Europe et dans l'empire français, cet ouvrage ouvre des perspectives de comparaison internationale inédites. Il livre, en effet, par une approche de terrain, une connaissance précise et différenciée des situations nationales. Tout en mesurant les degrés d'oppression et de résistance, variables selon les territoires et les moments de la guerre, on découvrira d'Athènes à Varsovie, de Prague à Lyon ou Turin, de Marseille à Dakar, d'Alger à Damas... une même vitalité culturelle et les mêmes subterfuges pour échapper aux contraintes de l'Occupation. Celles-ci ont pour nom censure, répression, propagande et pénuries. L'occupant, ainsi que les régimes de collaboration comme Vichy, s'emploie à créer un ordre nouveau où la culture fournit rêve et divertissement, rassemble et manipule. Mais elle s'avère également vecteur de résistance individuelle et collective, jusque dans les situations les plus extrêmes, notamment dans l'univers des ghettos.


    votre commentaire
  • Le siècle de Willy Ronis par Françoise Denoyelle

    Le siècle de Willy Ronis par Françoise Denoyelle

    L’ouvrage est le premier livre sur Willy Ronis fondé sur la consultation du fonds: 25 000 tirages ainsi que les archives personnelles du photographe. Les sept vies de Willy Ronis, fils d’émigrants juifs, engagé dans la photographie par obligation, sont également l’histoire du XXe siècle, celui du Front populaire, de l’Occupation, des Trente glorieuses, du Paris des guinguettes de Belleville-Ménilmontant et celui des tours de la Défense. Photographe humaniste de premier plan, ami de Chim et de Capa, ses icônes, comme ses travaux de commande témoignent d’un engagement constant au côté des plus démunis, d’une sensibilité rare au quotidien des gens ordinaires.
    Avec plus de 300 photos sélectionnées parmi les 25 000 négatifs de Willy Ronis, cette ouvrage constitue une traversée intégrale de l’œuvre de ce grand photographes, avec les toutes premières photos, les grandes icônes, les reportages oubliés, les jardins secrets…
    Sept chapitres reviennent sur les sept vies de Willy Ronis. Une traversée du siècle de l’immigration au Front populaire, de l’Occupation à la réussite, de l’oubli à la reconnaissance. Willy Ronis, grand photographe français, a disparu en 2009 à l’âge de 99 ans.

    Françoise Denoyelle
    Terre bleue, 2012 432 p. prix : 65 euros
    ISBN-10: 2909953114 ISBN-13: 978-2909953113

     

    Françoise Denoyelle, spécialiste incontestée de la photographie d’après-guerre, est professeur des universités, et a publié plus de vingt livres consacrés à des photographes ou des périodes de la photographie. Elle a expertisé l’oeuvre de Willy Ronis à la demande de l’Etat et a eu accès à l’ensemble des documents privés comme des négatifs.


     

    TV 6 novembre 1990, France 3, émission Ramdam : Petite traversée de Belleville sous le regard de Willy RONIS et de ses clichés. Il revient sur les lieux où certains de ses clichés ont été pris. Le sujet est donc illustré de très nombreuses photos Noir et Blanc de Willy RONIS.


    3 commentaires
  • Le spectacle de l'histoire

    Le spectacle de l'histoire, sous la direction de Stéphane Haffemayer, Benoît Marpeau et Julie Verlaine, préface de Pascal Orysous la direction de Stéphane Haffemayer, Benoît Marpeau et Julie Verlaine

    préface de Pascal Ory

    Depuis la plus haute Antiquité, l’histoire a été mise en spectacle, s’accommodant d’anachronismes et d’allusions au présent. Tout en convoquant une diversité d’époques (de l’Antiquité à nos jours), d’échelles (de l’individuel à la nation) et de domaines explorés (théâtre, opéra, ballet, cinéma, télévision, cirque, défilés équestres, arts de la rue, fêtes officielles, spectacles de sons et lumières, panoramas), cet ouvrage analyse la fabrication des stéréotypes identitaires autour de trois thèmes : le héros, la femme et le spectaculaire.

    Presses universitaires de Rennes, juillet 2012
    collection «Le spectaculaire»  210 x 170 mm, 368 pages

    prix : 19 €    isbn : 2753520062   ean : 978-2753520066

     

    Table des matières                 

    La fabrique du Héros                           

    11 novembre 1920, le coeur de Gambetta porté au Panthéon,    source photo : Gallica. Cliquer pour agrandirDaniela Peslin
    Quand la scène raconte l’histoire :
    Jules César par les Meininger 

    Maria Walecka-Garbalinska
    Gustave Vasa et Christine, deux héros suédois dans
     le théâtre français de la première moitié du XIXe  siècle
    Johannes Landis
    Héros historiques dans le théâtre français dans la première moitié du XXe siècle :
    crise d’une notion
    Isabelle Scaviner
    Théâtre et colonisation : critique du héros blanc
    (1900-1910) 

    Rémi Dalisson
    Apogée et déclin de la « mise en spectacle » de la figure du grand homme
    dans les fêtes nationales (1880-1989)
    Jean-Louis Libois
    Deshéroïser/Rehéroïser : analyse d’une
    réévaluation de l’histoire

    dans les deux derniers films de John Ford,
    Cheyenne Autumn 
    (Les Cheyennes, 1964)
    et 7 Women (Frontière chinoise, 1966)

     

     

     

     


    Une des peintures de la vie de Jeanne d'Arc au Panthéon, Paris

    Les femmes dans le spectacle de l’histoire

    Julie Deramond
    Jeanne d’Arc, costumes et histoires
    Danièle Sansy
    Les fêtes du Ve Centenaire de la mort de Jeanne d’Arc à Rouen :
    une mise en spectacle du Moyen Âge pour une commémoration nationale
    Hélène Marquié
    Des barricades de 1830 à la révolte des femmes
    Léonor Delaunay
    Les Antigones prolétaires. Étude de quelques fi gures féminines
    dans le théâtre révolutionnaire des années 1920
    Delphine Chedaleux
    Le genre à la lumière de l’Histoire : jeunes actrices françaises dans les films en costumes tournés sous l’occupation 
    Myriam Tsikounas
    L’Affaire Mathilde Frigard 
    Taline Karamanoukian
    Les Dames de la Côte (1979) :
    un chapitre de l’histoire des femmes à la télévision

     

     

     

     



    Les Dames de la Côte (1979) : un chapitre de l’histoire des femmes à la télévisionLe spectacle de l’histoire

    Maryline Crivello
    Quête du Graal et légendaire contemporain.
    Les mises en spectacle historiques du médiéval 
    Patrick Désile
    « Encore ! encore… toujours ! toujours… » :
    représentations de l’histoire au cirque au XIXe siècle 
    Fanny Robles
    Quand l’histoire coloniale devient spectacle vivant :
    quelques exemples britanniques au XIXe siècle 
    Erika Wicky
    Représentation et vérité historique : le panorama de Solferino (1865) 
    Christel Taillibert
    La représentation historique dans le film burlesque muet 
    Jean-Marc Leveratto
    Sarah Bernhardt, le film historique et la genèse de la qualité cinématographique
    Anaïs Guilpin
    Entre mise à distance et mise en spectacle de l’histoire :
    les docufictions et la Seconde Guerre mondiale
    à la télévision française dans les années 2000 


    votre commentaire
  • Les Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont une revue trimestrielle, organisée pour chaque numéro autour d’un dossier thématique qui donne son titre au volume. Cette revue généraliste se donne comme objectif, à travers une grande diversité de thématiques, de développer une histoire polarisée autour du fonctionnement des dominations sociales dans toutes leurs dimensions politiques, économiques et culturelles. Cette approche s’accompagne d’une démarche réflexive sur les formes de production et les usages du savoir historique dans ces processus de domination.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Violence ordinaire dans l'Algérie Coloniale
    Camps, Internements, assignations à résidence

    Sylvie ThénaultViolence ordianaire Algérie Coloniale, Sylvie Thénault

    Avec ce livre, Sylvie Thénault présente les conclusions d’une réflexion sur l’arbitraire et la violence ordinaire en situation coloniale, dans le prolongement de ses précédents travaux sur la justice et sur les camps d’internement pendant la guerre d’indépendance algérienne. En quittant l’échelle des années de guerre ouverte pour considérer la période coloniale dans son ensemble, en envisageant conjointement les politiques menées en France et celles en œuvre en Algérie tout en réfléchissant sur l’inscription de ces dernières dans le cadre plus large de l’Empire colonial, ce sont de nouvelles perspectives qu’elle dessine. Prenant soin d’éviter l’écueil d’une perspective téléologique qui ne retiendrait du passé que ce qui semblerait pouvoir expliquer le présent, l’auteure choisit de présenter dans une première partie la pratique de l’internement administratif à son « âge d’or », celui du statut de l’indigénat entre 1880 et 1914 (« Algérie 1900. L’internement, une routine »). Elle fait ensuite retour sur ses origines depuis 1830 (« La genèse d’une pratique coloniale spécifique ? ») pour enfin consacrer une troisième partie aux évolutions après 1914 et l’apparition des camps d’internement (« Interner dans les guerres du XXe siècle : une histoire de camps »). suite de cet articleCompte rendu du livre de sylvie Thénault dans la revue "Mouvement social" :

     Odile Jacob, 2012  -  Collection « Histoire »  - 381 pages

     Présentation vidéo de l'ouvrage

     
    Violence ordinaire dans l'Algérie coloniale... par CentreHistoireSociale


    Illustrations, sur cette page internet : cartes postales d'époques, différents types ou lieux d'internements

     Corse, Calvi - Une vieille rue de Calello

     Calvi, Corse, vue d'un interné dans une vieille rue de Calello (au temps de l'Algérie coloniale)

      cliquer sur la photo pour l'agrandir

    Algérie, Berrouahia, prison civile

     Algérie, Berrouaghia, prison civile   (cliquer sur la photo pour l'agrandir)

    Algérie, Berrouaghia - Pénitencier agricole

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      Algérie, Berrouaghia, "pénitencier agricole"   (cliquer sur la photo pour l'agrandir)

    Algérie, Berrouaghia plan pénitencier, 1960

     Algérie coloniale, Lambèse, la maison centrale

      Algérie coloniale, Lambèse, la maison centraleAlgérie coloniale, Lambese - prison centrale

     Algérie coloniale, Lambese - prison centrale

     

     

     

     

     

    Algérie, pénitencier Lambese vue aérienne

    Algérie Lambese - pénitencier, façade

     

     

     

     

      

     Algérie coloniale, Lambèse, le pénitencier                                                Algérie coloniale, Lambèse, le pénitencier

       cliquer sur la photo pour l'agrandir                                                                cliquer sur la photo pour l'agrandir

     

    Violence ordinaire dans l'Algérie Coloniale, Sylvie Thénault - vidéo de présentationDans une cour du fort de l’île Sainte-Marguerite, près de Cannes, au XIXe siècle, prisonniers (conquête Algérie)

    source photo : http://www.landrucimetieres.fr/spip/spip.php?article1978

     

     

     

     


    Touaregs prisonniers à Alger, amenés en France par M. Marqueray (Photo prise en juillet 1889), prise dans le jardin d'Alfred Rambaud en 1889 par Ferrari, donateur en 1889 - Source Gallica

    Touaregs prisonniers à Alger, amenés en France par M. Marqueray (Photo prise en juillet 1889)


    votre commentaire
  • La Revue blanche.
    Histoire, anthologie, portraits 1889-1903

    La Revue blanche - Olivier Barrot et Pascal OryOlivier Barrot et Pascal Ory

    Grâce au talent et aux libéralités de Thadée Natanson et de ses frères, «l'amicale, à tous prête Revue blanche» (Mallarmé) constitue le plus éblouissant carrefour intellectuel de 1900. Symboliste et dreyfusarde, elle réunit dans le sérieux et la fantaisie, entre 1889 et 1903, les grands écrivains – Gide, Blum, Proust, Renard, Péguy, Jarry, Verlaine, Apollinaire... – et les grands peintres – Toulouse-Lautrec, Bonnard, Signac, Redon, Vuillard, Vallotton, Denis.
    Aucun débat du temps ne lui aura été étranger.

     La Table Ronde • octobre 2012  Coll. «La petite Vermillon»

    108 x 179 mm • 452 pages   

    isbn : 978-2-7103-6822-9
    ean : 9782710368229

     


     

     

    1895 La Revue Blanche, bi-mensuelle  Affiche Toulouse-Lautrec - source : Gallica

    1895 La Revue Blanche, bi-mensuelle 
    Affiche Toulouse-Lautrec - source : Gallica

     

    1900 Vignette tirée de La revue blanche impression photomécanique, Félix Vallotton

    Vignette tirée de La revue blanche (1900, impression photomécanique, Félix Vallotton)
    Sommaire du numéro du 1er avril 1900 de la revue blanche :
    Léon Blum, Octave Mirbeau, Judith Gauthier, Gustav Kahn, Emile Pouvillon

     

    Il est possible de lire la revue blanche sur gallica :
    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb344304470/date.r=revue+AND+blanche+.langFR

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Villes sous l'occupation.
    L'Histoire des Français au quotidien

     Villes sous l'Occupation, L'Histoire des Français au quotidien.  Pascal Ory Pascal Ory

     Le 22 juin 1940, neuf mois après l'entrée en guerre de la France, le gouvernement de Pétain signe l'armistice avec les représentants du IIIe Reich.
    Cet événement marque le début de l'une des périodes les plus sombres de l'histoire du pays. A quoi ressemblait le quotidien des Français selon qu'ils se trouvaient dans les départements annexés ou rattachés, la zone interdite, la zone dite libre", la zone littorale, etc ? Comment la Résistance s'est-elle organisée face à la Collaboration ? Que reste-t-il aujourd'hui de ces années dans la mémoire collective ? Et comment a-t-on vécu cette période selon que l'on vivait à Strasbourg, Bordeaux, Lille, Rennes, Paris, Marseille, Annecy ou Toulon ? Dans la première partie de cet ouvrage, l'historien Pascal Ory nous donne les clés pour tenter de mieux appréhender cette période de notre histoire.

    Son analyse est complétée par des dossiers détaillés sur une trentaine de villes et régions de métropole et d'outre-mer, issus des archives de L'Express. Dans chacun d'entre eux, des spécialistes de l'histoire locale livrent les éléments essentiels à la compréhension des événements. Le sabordage de la flotte dans la rade de Toulon, l'épisode des Glières, le massacre d'Oradour-sur-Glane sont ainsi décryptés de même que des épisodes moins célèbres tels que la bataille des V à Cherbourg.
    On y découvre également les portraits de grandes figures locales ou nationales de la Résistance, héros inconnus ou connus tels Raymond Aubrac et Arno Klarsfeld, ou de la Collaboration comme René Bousquet. Autant de témoignages qui permettent une plongée saisissante dans ces années longtemps passées sous silence.

    L’Express, octobre 2012   13,7 cm × 21,2 cm • 538 pages
    isbn : 978-2-84343-947-6   ean : 9782843439476


     

    1943, France, Marseille, Des soldats allemands dans le quartier du Panier (avant son évacuation) Bundesarchiv Bild

    1943, France, Marseille, Des soldats allemands dans le quartier du Panier

     


    votre commentaire
  • L'art de la bande dessinée

    L'art de la bande dessinée, Pascal Ory, Laurent Martin,  Jean-Pierre Mercier  et Sylvain VenayrePascal Ory, Laurent Martin,
    Jean-Pierre Mercier
    et Sylvain Venayre

    La bande dessinée fait son entrée dans la prestigieuse collection «L’Art et les grandes civilisations». Qu’elle ait aujourd’hui acquis une recon-naissance artistique est indéniable ; l’envolée des enchères, la multi-plication des manifestations la célébrant et la vitalité des institutions s’y consacrant, dont la Cité internationale de la bande dessinée d’Angoulême, en attestent. Longtemps relégué au rang mineur d'«illustré» pour la jeunesse, le genre qui, dès les années 1960, s’ouvrait largement au lectorat adulte, a gagné sa légitimité bien au-delà des cercles bédéphiles pour désormais prétendre être cité dans les programmes scolaires et les tribunes universitaires.
    Des fondateurs (Töpffer, Outcault, McCay, Saint-Ogan…) aux auteurs contemporains (Pratt, Moebius, Spiegelman, Ware, Mattotti, Bilal, Satrapi, Taniguchi…), des séries cultes au graphic novel en passant par le comics et le manga, cette approche socio-historique internationale permet de comprendre le phénomène culturel qu’est la bande dessinée. À travers près de 600 reproductions de planches originales ou d’imprimés se donnent ici à apprécier les styles, les techniques et l’inventivité graphique ou narrative de près de 500 créateurs, dessinateurs et scénaristes.
    Sans précédent, ce volume constitue une véritable référence pour tout public et marque un pas de plus vers la reconnaissance du «neuvième art».

     

    Citadelles et Mazenod • 10 octobre 2012
    22,7 cm × 33,0 cm × 6,0 cm     586 pages 

    isbn : 978-2-85088-531-0

     

    ean : 9782850885310

     


    votre commentaire
  • Enfermements.
    Populations, espaces, temps, processus, politiques

    Enfermements - Populations, espaces, temps, processus, politiques - sous la direction de Pierre Victor Tournier

    Locaux de garde, centres éducatifs fermés, prisons, lieux destinés à la prise en charge médicale des personnes privées de liberté, rétention de sûreté et rétention administrative des étrangers… les objectifs de l’enfermement, hier comme aujourd’hui, en démocratie comme en dictature, sont complexes et ambigus : entre inclusion et exclusion, ordre et insertion, entre soin et sanction. Dans tous ces lieux, la dignité des personnes peut être mise en cause, leurs droits fondamentaux non respectés, leur état physique et mental menacé.

    La structure de l’ouvrage prend en compte cette diversité des lieux de privation de liberté et des disciplines scientifiques des contributeurs, tout en s’en libérant par la transversalité : I. Prisons des dictatures, prisons « politiques » en Europe, II. L’enfermement vu d’ailleurs, III. Questions en débat : de la rétention administrative… à la rétention de sûreté, IV. Surveiller et soigner aujourd’hui, V. Enfermements et disciplines. Le soin de conclure a été confié à Jean-Manuel Larralde, professeur de droit public à l’Université de Caen Basse-Normandie.
    Présentant les contributions du « 1er colloque jeunes chercheurs sur la privation de liberté », organisé en 2012 par le Centre d’histoire sociale du XXe siècle, cet ouvrage offre l’opportunité à des étudiants en master 2, doctorants ou « jeunes » docteurs de faire connaître leurs premiers travaux de recherche. Les 23 contributeurs sont spécialistes en droit, science politique, sociologie-anthropologie, histoire, géographie, sciences de l’éducation ou psychologie. Ils nous offrent un regard pluriel sur l’enfermement.

    sous la direction de
    Pierre Victor Tournier

    Contributeurs : Nawal Boutouila, Herminie Bracq-Leca, Julien Cahon, Jeanne Chabbal, Coralie Chirol, Pascal Décarpes, Catherine Dubrana, Stéphanie Ducret, Joana Falxa, Sara Guérin-Brunet, Marion Guigue, Sophie Guigue, Nelly-Marine Hur-Vario, Benoist Joly, Gérard Lambert, Annie Lochon, Amélie Nuq, Remy Piperaud, Maxime Plet, Juliette Soissons, Akila Taleb, Marc Touillier et Alexia Venouil.

    L'Harmattan, juin 2012  Coll. «Criminologie»  155x240 mm • 393 pages

    isbn : 978-2-296-96555-3    prix : 38,50€

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique