• Boris Cyrulnik, entretien avec Denis Peschanski
    Mémoire et traumatisme. L'individu et la fabrique des grands récits

    IBoris Cyrulnik, entretien avec Denis Peschanski Mémoire et traumatisme. L'individu et la fabrique des grands récitsLa rencontre entre Denis Peschanski et Boris Cyrulnik, dialogue interdisciplinaire entre un historien et un neuropsychiatre, est une clef pour mieux comprendre les questions mémorielles.

    Pour la première fois, Boris Cyrulnik est interrogé non sur la seule capacité des êtres à se reconstruire après un choc (la résilience), mais sur les dynamiques cérébrales de la mémoire et sur les liens entre ces dynamiques individuelles et la mémoire collective. Comment se construit la mémoire individuelle ? Comment interagit-elle avec les grands récits construits par la société et relayés, aujourd’hui, par la télévision, la radio, les livres ou les musées ?
    Plus qu’un récit à deux voix, la rencontre entre Denis Peschanski et Boris Cyrulnik est une clé pour mieux comprendre les questions mémorielles.
    Deux voix qui témoignent de l’urgence d’une approche pluridisciplinaire pour comprendre les dynamiques de la mémoire.

    INA Éditions, novembre 2012  coll. «Les entretiens de MédiaMorphoses»
    80 pages  isbn : 978-2-86938-207-7

    prix : 8€

    Extraits :
    Denis Peschanski : “Qu’en est-il du fonctionnement de la mémoire ? Face à un événement traumatique, ou
    qu’on dit tel, comment se construit-elle individuellement et collectivement ?”

    Boris Cyrulnik : “On ne peut pas tout garder en mémoire ; d’ailleurs, on ne garde presque rien en mémoire, et
    c’est ce « presque rien » qui nous représente individuellement dans un contexte. Un individu sans contexte n’a
    aucune mémoire. Je le sais pour avoir beaucoup travaillé avec les enfants abandonnés : quand on leur demande
    de raconter leur vie, ils ne narrent que leurs moments relationnels ; pour les moments « seuls », il n’y a rien à
    mettre en mémoire.
    Ce qui est dans la mémoire intime – et éventuellement ce qui est dans la mémoire traumatique – dépend de ce
    qu’on y met. Les individus sont des êtres très poreux et qui sont pénétrés de tous les côtés.”

    “… Ce qu’on imagine est alimenté par ce qui est passé, mais on l’imagine à venir, et on utilise des épisodes
    du passé pour construire son avenir.
    Cela pose un problème important à l’historien quant à la construction de la mémoire : nous disposons dans notre
    cerveau d’un appareil à construire la mémoire et c’est le même appareil qui nous sert à imaginer. Voilà de quoi
    troubler l’historien !”

    Boris Cyrulnik est neuropsychiatre et directeur d’enseignement à l’université de Toulon.
    Denis Peschanski est historien et directeur de recherche au CNRS à l'Institut d'histoire du temps présent, puis au Centre d'histoire sociale du XXe siècle (CNRS / Université Paris 1).


    Denis Peschanski est aussi responsable scientifique du projet Equipex Matrice :


    votre commentaire
  • Les origines de la sexologie (1850-1900)

    Les origines de la sexologie (1850-1900). Sylvie ChaperonSylvie Chaperon

    La sexologie, ou science de la sexualité, s'est constituée au début des années 1910, mais son élaboration remonte au milieu du XIXe siècle, lorsque des médecins et des psychiatres ont commencé à prôner une approche expérimentale de la sexualité humaine. Quelles théories furent alors développées ? Que recelaient les guides pratiques publiés à destination des couples ? Que considérait-on comme des perversions sexuelles ? Quelles étaient les thérapeutiques recommandées - de la diète à l'hypnose en passant par la chirurgie ? Quels enjeux de pouvoir, quelles croyances et représentations culturelles sous-tendaient ces discours ?
    Première synthèse sur un moment crucial de l'histoire de la sexualité, ce livre est d'ores et déjà considéré comme une référence.

     

     

    Payot, février 2012     coll. «Petite bibliothèque Payot, n°846»   352 pages

     

    isbn : 978-2-228-90752-1   prix : 10,50€

     

    Table des matières

    AVANT-PROPOS

    PREMIERE PARTIE
    La ronde des médecins autour de la sexualité


    CHAPITRE PREMIER. La vogue de l’hygiène conjugale

    CHAPITRE II. Les plaisirs réguliers du mariage

    CHAPITRE III. Les déviants sexuels: criminels ou malades ? 

    CHAPITRE IV. «Les Lois de la sexualité» 

    DEUXIEME PARTIE  Des folies érotiques aux perversions sexuelles

    CHAPITRE V. Petit catalogue des aberrations et autres perversions sexuelles

    CHAPITRE VI. Thérapeutiques et prophylaxie

    TROISIEME PARTIE   Remises en question du savoir médical

    CHAPITRE VII. Vers une psychologie de la vie sexuelle

    CHAPITRE VIII. Le temps des observations

    CHAPITRE IX. Contestations militantes

    EN GUISE DE CONCLUSION. La place des savants  français dans l’Europe

    NOTES

    SOURCES

    Télécharger « mod_article60500203_50bc77103072e.pdf »


    Les origines de la sexologie (1850-1900) - Sylvie Chaperon

    Corset contre l'onanisme placé sur le sujet
    source gravure :Gallica / biusante.parisdescartes.fr  Mots-clés : Sexualité . 19e siècle 


    votre commentaire
  • Bréviaire de l'amour expérimental de Jules Guyot

    Bréviaire de l'amour expérimental de Jules Guyot

    Écrit en 1859 et publié en 1882, ce Bréviaire est le premier manuel conjugal de sexologie. Son auteur, le docteur Jules Guyot, est sans doute le premier homme à proclamer que tout mari a le devoir de faire jouir sa femme. Il dévoile concrètement l'art de provoquer « à coup sûr » la volupté chez la femme, enseigne les préliminaires indispensables, les caresses à effectuer, les zones sensibles, les signes féminins de l'excitation et le rôle du clitoris.
    Claude Bernard, le prince Napoléon, l'actrice Virginie Déjazet, George Sand ou encore l'archevêque de Reims eurent entre les mains ce livre qui touchait juste.

     

    préfacé par
    Sylvie Chaperon

     

    Payot, février 2012
    coll. «Petite bibliothèque Payot, n°843»
    112 pages

     

    isbn : 978-2-228-90724-8
    prix : 6,50€

     

    Télécharger « mod_article60496089_50bc70d6d7b2f.pdf »


    votre commentaire
  • Plaisance près Montparnasse. Quartier parisien, 1840-1985  (Jean-Louis Robert)

    Plaisance près Montparnasse. Quartier parisien, 1840-1985  Jean-Louis Robert

    Ce livre évoque sous tous ses aspects l'histoire de Plaisance, quartier populaire de Paris. Un très court temps, Plaisance fut une banlieue verte et plaisante, qui devint rapidement, mais difficilement, un des quartiers les plus populaires de la capitale, avec une large dominante ouvrière. C'est alors toute une riche sociabilité, où se côtoient misère, fête et parfois violence, ainsi qu'une intense vie démocratique qui se révèlent. Dans cette histoire urbaine est mis en valeur le rôle décisif des habitants-citoyenns dans les politiques publiques parisiennes. Enfin, le livre évoque la période douloureuse de la destruction d'une forte partie du quartier, au prétexte de la rénovation, sans négliger les luttes et la nouvelle culture urbaine qui en sont issues. Quartier périphérique de Paris, quartier populaire, Plaisance est aussi un quartier de la rive gauche. Il en est marqué, en particulier par l'extrême abondance des artistes plasticiens qui y résident ou y ont leur atelier. Mais le livre témoigne de l'absence de présence symbolique du quartier, très peu connu des Parisiens. Il n'est qu'une arrière-cour de Montparnasse. Le livre ouvre alors le chemin à une réflexion sur la construction des légitimités symboliques.

    Publications de la Sorbonne, novembre 2012  - 160 x 240 mm • 626 pages  - isbn : 978-2-85944-716-8 - issn : 1243-0269 - prix : 42 €

     Vidéo de présentation

    Dans ce film-vidéo (durée : 1 heure), l'historien Jean-Louis Robert présente le contenu de son dernier ouvrage "Plaisance, près Montparnasse", histoire urbaine du quartier Plaisance, histoire d'un quartier très populaire de Paris au XIXe et XXe siècle. Des images et photos d'archives des rues de ce quartier et quelques extraits filmés illustrent les propos de l'historien.
    Production vidéo : Centre d'Histoire Sociale.   Réalisation : Jeanne Menjoulet
    Quelques illustrations, orientée ici sur le monde du travail dans le quartier parisien de Plaisance :
     
    1913, Paris, Bd Brune. Fabrique de timbres-poste (cliquer pour agrandir)

    Quartier Plaisance, à l'intérieur du grand bâtiment de la poste, les ateliers du timbre, 103 boulevard Brune, en 1913 :

    Fabrique de timbres-poste
    - séchage, gommage et sortie des feuilles
    (on remarque le jeune âge des ouvriers, cliquer sur la photo pour l'agrandir)
    source Gallica

    Paris, 1913, Bd Brune. Fabrique de timbres-poste boulevard Brune - ébarbage et mise en paquets (cliquer pour agrandir)

     

     

    Fabrique de timbres-poste boulevard Brune en 1913 (ateliers du timbre, boulevard Brune)

    - ébarbage et mise en paquets, cliquer sur la photo pour l'agrandir

    source Gallica 

    1913, ateliers du timbre-poste, boulevard Brune, cliquer pour agrandir

     

    1913 Fabrique de timbres-poste boulevard Brune
    - perforation des cartes-lettres (cliquer sur la photo pour l'agrandir)

     source Gallica

     

     

    Ateliers Ernault, 169 rue d'Alésia Paris - 1908 Machine-outil

     

     Autre usine importante du quartier plaisance, les ateliers Ernault, 169 rue d'Alésia, en 1908 (fabrication de machines-outils) cliquer pour agrandir
    source Gallica

     

     

    Un exemplaire de tour Ernault, vendu à l'Institut Electromécanique : une étudiante s'exerce au maniement d'un tour parallèle Ernault, construit à Plaisance. cliquer pour agrandir

     

    Un exemplaire de tour Ernault, vendu à l'nstitut Electromécanique : une étudiante s'exerce en 1928 au maniement d'un tour parallèle Ernault.
    source Gallica
    (En 1928, cette école est sans doute l'Institut électromécanique féminin créé en 1925 par Marie-Louise Paris et abrité par le CNAM)

     

     

     

    Dans le quartier Plaisance en 1932 : au coin de la rue du Colonel Monteil et du boulevard Brune, boutiques aménagées en salles de classe (cliquer sur la photo pour l'agrandir)

    Plaisance près Montparnasse, histoire d'un quartier parisien, 1840-1985. Jean-Louis Robert. Livre et vidéo

     

    source Gallica

     


     

    Goguette de Plaisance (Montrouge)


    Citée dans le livre (et dans la vidéo de présentation en haut de cette page), une nouvelle de J. K. Huysmans décrit u
    ne goguette dans le Montrouge de l'époque (aujourd'hui le quartier Plaisance) vers 1880 (la nouvelle, "une goguette", appartient au recueil "les mystères de Paris), elle fut initialement publiée dans le Gaulois 

    Plaisance près Montparnasse, histoire d'un quartier parisien, 1840-1985. Jean-Louis Robert. Livre et vidéo

      Cliquer ici ce lien pour accéder à la lecture

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    1 commentaire
  • Aux origines de l'antiracisme. La LICA, 1927-1940

    Aux origines de l'antiracisme - Emmanuel DebonoEmmanuel Debono

    À la fin des années 1920 naît la première organisation antiraciste française, la Ligue internationale contre l'antisémitisme (LICA, actuelle LICRA). Ciblant d'abord les manifestations antijuives qui surviennent en Europe centrale et orientale, elle doit très vite affronter la résurgence de l'antisé-mitisme dans une France où on le croyait à tort éteint, et faire face à un défi sans précédent, le national-socialisme.
    Dans le contexte tourmenté des années 1930, les militants de la LICA inventent une doctrine et se dotent de moyens d'action. À côté des batailles rangées contre leurs adversaires, du boycottage des dictatures et d'une propagande véhémente, ils définissent un projet politique visant à donner une dimension institutionnelle à l'antiracisme dans la France républicaine.
    S'appuyant sur des fonds d'archives inédits et considérables – dont les archives de la LICA rapatriées de Moscou au début des années 2000 –, Emmanuel Debono retrace l'histoire des pionniers du militantisme antiraciste en France, avant que la défaite de 1940 ne plonge leur idéal dans les ténèbres. Il met en lumière l'attitude des pouvoirs publics, celle des élites politiques et intellectuelles, en métropole comme en Afrique du Nord, face à des démonstrations de haine souvent minimisées.

    CNRS Éditions, octobre 2012   coll. «Seconde Guerre mondiale»  500 pages  isbn : 978-2-271-07295-5

    prix : 27€

     Présentation vidéo de l'ouvrage


    La LICA - Aux Origines de l'antiracisme... par CentreHistoireSociale


    votre commentaire
  • Le Diable au corps de Raymond Radiguet

    Le diable au corps, Raymond Radiguet, préfacé par  Danièle Voldman

    Le Diable au corps, c'est la guerre vue de l'arrière par les yeux cruels des adolescents.

    C'est Gérard Philipe et Micheline Presle dans le film-scandale qu'en tira Claude Autant-Lara en 1947.

    C'est l'autobiographie à peine déguisée de Radiguet qui, au même âge que son héros, eut lui aussi pour amante une jeune femme dont le mari était au feu…

     

    préfacé par
    Danièle Voldman

     

    Petite bibliothèque Payot, septembre 2012
    110 x 170 mm • 188 pages

     

     


    votre commentaire
  • Le Maitron - Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier mouvement social
    1940 à mai 1968 • tome 8 : Lem-Mel

    Le Maitron - Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier mouvement social 1940 à mai 1968 • tome 8 : Lem-Mel, Claude Pennetier et alii

    Le tome 8 s’inscrit dans la nouvelle étape de la grande aventure éditoriale qu’est le Maitron, du nom de son créateur. La série comptera douze tomes, comprenant chacun un volume papier réunissant plus de 400 biographies et un cédérom proposant environ 3000 notices. Le Maitron couvre l’Occupation, la Résistance, la Libération, les guerres marquant l’effondrement du colonialisme pour aboutir à la coupure majeure de Mai 1968. La Libération et la Reconstruction modifient le paysage social ; la deuxième moitié des années quarante et les années cinquante voient s’affirmer la présence syndicale et politique, notamment dans la grande industrie. Les années 1947-1963 sont un temps fort du mouvement ouvrier rythmé par des grèves puissantes, celles des cheminots (1947), des mineurs (1948 et 1963). Les syndicats élargissent aussi leur influence sociale grâce aux élections aux comités d’entreprise et à la Sécurité sociale.
    Dans le même temps, s’imposent des thématiques comme l’anticolonialisme, l’éducation populaire. Le choix des biographies inclut ainsi la dimension culturelle, l’action politique ou revendicative des catégories émergentes comme celles des étudiants, des cadres et techniciens, et s’étend au champ associatif comme au champ intellectuel.

     

    sous la direction de Claude Pennetier et alii

     

    Éditions de l'Atelier, octobre 2012  160 x 240 mm • 460 pages

     

    Introduction au Maitron, Edwy Plenel par JeanMaitron


    Présentation par le directeur du Maitron... par JeanMaitron


    Approche de la figure du militant parisien... par JeanMaitron

     


    votre commentaire
  • Adrien Tixier, 1893-1946
    l'héritage méconnu d'un reconstructeur de l'État en France

    Adrien Tixier, 1893-1946 l'héritage méconnu d'un reconstructeur de l'État en France

     Ancien combattant de la Grande Guerre, responsable d'une association d'anciens combattants mutilés, secrétaire adjoint du BIT, socialiste pratiquement inconnu en France avant 1940, Adrien Tixier a joué un rôle essentiel tant dans la Résistance qu'à la Libération. Il fut successivement représentant de la France libre aux USA, ministre des Affaires sociales du CFLN, puis du GPRF à Alger, de juin 1943 à août 1944, et enfin ministre de l'Intérieur, de septembre 1944 à janvier 1946 à Paris. Il fut aussi le premier président du conseil général de la Haute-Vienne renaissant au lendemain de la guerre. Il se trouva ainsi au cœur de l'effort de reconstruction de l'État républicain. Décédé le mois suivant la démission du général de Gaulle, Adrien Tixier n'a guère laissé de traces dans la mémoire locale et nationale. Pourtant, les historiens qui ont travaillé sur la période sont frappés par la personnalité de l'homme et plus encore par sa rigueur politique, son sens élevé de l'État. Ce livre (n° spécial de la revue Histoire & Mémoires) vise à redécouvrir l'action de cet homme d'État exceptionnel.

     

    sous la direction de Gilles Morin et Pascal Plas - Éditions Lucien Souny, juin 2012
    150 x 235 mm • 314 pages

     Vidéo de présentation


    Adrien Tixier 1893-1946 par


    votre commentaire
  • Sociétés et Représentations, revue thématique transdisciplinaire, cherche à multiplier les éclairages sur des «questions de société» par des approches issues de disciplines scientifiques connexes : perspectives venues de savoirs qui s'ignorent ou parviennent rarement à communiquer. Elle a le souci d'inviter au dialogue chercheurs étrangers et acteurs parfois privés de parole, de livrer à la discussion des hypothèses sur des questions inédites ou peu explorées.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Algérie : des «événements» à la guerre.
    Idées reçues sur la guerre d'indépendance algérienne

    Sylvie ThénaultAlgérie : des «événements» à la guerre, Idées reçues sur la guerre d'indépendance algérienne, Sylvie Thénault

    Peut-on aujourd'hui parler de la «guerre d'Algérie» d'une façon dépassionnée ?
    Cinquante ans après les Accords d'Évian, les blessures sont encore vives, les débats toujours d'actualité, les clichés tenaces.  
    L'appellation de la guerre elle-même pose question : «Révolution» ? «Libération nationale» ? «Guerre d'indépendance» ?
    Du long chemin menant des «événements» à la reconnaissance de la guerre, il nous reste bien des idées reçues : «La guerre aurait pu être évitée», «Ce n'était pas une guerre, mais des opérations de maintien de l'ordre», «La bataille d'Alger est le symbole de la guerre d'Algérie», «De Gaulle a donné l'indépendance à l'Algérie», «Les intellectuels français soutenaient le FLN», «Le FLN a mis en place un état autoritaire», «La violence est une permanence de l'histoire de l'Algérie»…
    Des origines du conflit à nos jours, cet ouvrage retrace les moments-clefs et leur impact dans les mémoires.

     

     

    Vidéo de présentation (CHS Prod)


    Fenêtre sur : Idées reçues sur la guerre... par CentreHistoireSociale

    http://www.lecavalierbleu.com/f/index.php?sp=liv&livre_id=333

    Le Cavalier Bleu, mars 2012
    Collection « Idées reçues »
    140 x 205 mm • 20 4 pages

    isbn : 978-2-84670-394-9
    issn : 1964-700X
    prix : 18 €

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique