• Histoire des polices en France.
     
    Des guerres de religion à nos jours
     

    Histoire des polices. Des guerres de religion à nos joursEmmanuel Blanchard, Vincent Denis,
    Arnaud-Dominique Houte et Vincent Milliot (dir.)

    Paris, Belin, coll. « Références », février 2020
    17x24 cm • 584 p. illustrées, coul.
    prix : 41 € (version papier)
    isbn : 978-2-410-01143-2

    lien vers l'éditeur

    Les questions d'ordre public, de sécurité et d'insertion des forces de police dans la société française sont au coeur de nombreux débats d'actualité. L’institution policière est un observatoire privilégié des relations entre État et société, aujourd'hui comme hier.
    Dans une perspective historique de longue durée, quatre spécialistes des polices en France nous proposent une histoire sur le temps long, des guerres de Religion à nos jours. Ils explorent l'organisation, la vie, les ressources, les méthodes et la culture de ceux qui ont, au fil du temps, assuré tour à tour le contrôle des populations, leur encadrement, leur répression ou leur sécurité.
    Ouverte aux comparaisons comme à l’étude des circulations internationales, cette histoire des polices françaises fait la part belle aux échanges qui ont pu exister avec d’autres polices européennes, aux espaces colonisés, mais aussi au récit des grandes affaires et faits divers qui ont mobilisé les policiers depuis le XVIe siècle.
     L’ouvrage, vivant et richement illustré, comporte une partie « Atelier » permettant d’évoquer les sources, certains fronts pionniers de la recherche ou des débats historiographiques actuels.

    Emmanuel Blanchard, historien et politiste, est maître de conférences à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et à Sciences Po. Chercheur au Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (CESDIP, UMR 8183, CNRS - ministère de la Justice - UVSQ), il a notamment publié La police parisienne et les Algériens, 1944-1962 (Nouveau Monde éd., 2011) et une Histoire de l’immigration algérienne (La Découverte, 2018). Il a co-dirigé Policing in Colonial Empires. Cases, Connections, Boundaries (Peter Lang, 2017).

    Vincent Denis est maître de conférences en histoire moderne, habilité à diriger des recherches, à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne. Membre honoraire de l’Institut universitaire de France (junior), il est chercheur à l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (UMR 8066, CNRS, ENS, Paris I). Il a notamment publié Une histoire de l’identité, France, 1715-1815, (Seyssel, Champ Vallon, 2008) et (avec Ilsen About), Histoire de l’identification des personnes (La Découverte, 2010) et co-dirigé Polices d’Empires, XVIIIe-XIXe siècles (PUR, 2011). Il prépare actuellement un ouvrage sur la police parisienne à l’époque révolutionnaire ainsi qu’une exposition aux Archives nationales consacrée à la Police au Siècle des Lumières, avec Vincent Milliot.

    Arnaud-Dominique Houte est professeur d'histoire contemporaine à Sorbonne-Université, membre du Centre d'Histoire du XIXe siècle (EA3550). Il a notamment publié Le Métier de Gendarme au XIXe siècle (PUR, 2010) et Le Triomphe de la République, 1871-1914 (Seuil, 2014), codirigé Au voleur ! Images et représentations du vol en France, XIXe-XXe (Publications de la Sorbonne, 2014) et dirigé un Nouvel Atlas de l'Histoire de France (Autrement, 2017).

    Vincent Milliot est professeur d’Histoire moderne à l’université Paris 8 et chercheur au laboratoire Institutions et dynamiques historiques de l’économie et de la société (IDHE.S UMR 8533, CNRS, Paris I, Paris 8, Paris Ouest). Il a notamment publié Un policier des Lumières, suivi de mémoires de J.-C.-P. Lenoir (1732-1807) (Champ Vallon, 2011), « L’admirable police ». Tenir Paris au Siècle des Lumières, (Champ Vallon, 2016) et co-dirigé, La ville en ébullition. Sociétés urbaines à l’épreuve (PUR, 2014). Il prépare actuellement un ouvrage sur la catastrophe de la rue royale de mai 1770 ainsi qu’une exposition aux Archives nationales consacrée à la Police au Siècle des Lumières, avec Vincent Denis.


    votre commentaire
  • Des familles invisibles
    Les Algériens de France entre intégrations et discriminations (1945-1985)

    Des familles invisibles. Les Algériens de France entre intégrations et discriminations (1945-1985)Muriel Cohen

    Paris, édittions de la Sorbonne, février 2020
    380 p. illustrées 

    issn : 2105-5505
    isbn : 979-10-351-0519-8
    prix 30 €

    lien vers l'éditeur

    L’immigration algérienne des années 1950-1970 est souvent associée à un stéréotype, celui d’hommes seuls, débarqués par bateau à Marseille, logés dans des foyers Sonacotra ou des bidonvilles, à proximité de l’usine où ils travaillent. Ce cliché repose largement sur l’idée que le regroupement familial n’a été instauré qu’en 1976, après avoir mis fin à l’immigration de travail, et a conduit les partisans d’une politique migratoire restrictive à présenter l’immigration familiale comme l’origine des difficultés sociales qui affectent les banlieues populaires au début des années 1980. Pourtant, plus de 80 000 familles algériennes vivaient déjà en France à cette époque.
    Au croisement de l’histoire coloniale, urbaine et des migrations, cet ouvrage retrace les trajectoires des premières familles algériennes installées en France, principalement à Nanterre et dans l’ouest de la région parisienne. Il mobilise à la fois des archives administratives, pour appréhender les politiques publiques mises en place à l’égard de ces familles, mais aussi des dossiers de regroupement familial, des entretiens ainsi que les archives privées de Monique Hervo – une figure militante qui s’est installée dans le bidonville de la Folie à Nanterre dès 1959 –, pour saisir l’expérience vécue par ces populations. Ces matériaux, en partie inédits, dessinent une autre image de l’immigration algérienne, où se côtoient les familles des bidonvilles, qui font pour certaines partie intégrante de la société de consommation, et les familles « invisibles », lesquelles, comme les ouvriers français, connaissent les logements trop petits, les taudis, mais aussi, parfois, les logements sociaux. Malgré tout, l’existence même des bidonvilles et de quelques segments du parc social concentrant des Algériens a servi de prétexte au développement d’une politique d’immigration spécifique, qui limite l’arrivée des familles algériennes après l’indépendance. À la fin des années 1970, les tentatives visant à exclure les Algériens du territoire échouent, mais le contexte de la crise économique, les discours hostiles et les pratiques discriminatoires à leur égard entraînent une rupture du processus d’intégration socio-économique amorcé au cours des années 1960.

    Muriel Cohen est docteure en histoire contemporaine de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et professeure agrégée ; elle enseigne actuellement au lycée de Stains (Seine-Saint-Denis). Ses recherches portent sur l’histoire des migrations coloniales et l’histoire du logement en France dans la seconde moitié du XXe siècle.


    votre commentaire
  • Sceller et gouverner.
    Pratiques et représentations du pouvoir des comtesses de Flandre et de Hainaut
    (XIIIe-XVe siècle)

    Prix Mnémosyne 2019 : Sceller et gouverner, par Lucie JardotLucie Jardot

    Rennes, PUR, coll. « Mnémosyne», décembre 2019
    387 p. ill., 8 pl. coul.

    isbn : 978-2-7535-7900-2
    prix : 28 €

    lien vers l'éditeur

    Entre 1244 et 1503, Marguerite de Constantinople, Marguerite de Flandre, Jacqueline de Bavière ou encore Marie de Bourgogne ne sont pas seulement filles, épouses, et mères : elles sont avant tout des femmes régnantes. Outils de validation et de pouvoir, leurs sceaux permettent de définir les contours de leur champ politique et la singularité de leur statut. Par leurs spécificités iconographiques, héraldiques et emblématiques, les sceaux des princesses soulignent la place des femmes au sein de leurs lignées et comtés. Ce corpus sigillaire inédit, mis en regard avec les actes au bas desquels ils sont apposés (chartes, mandements, quittances), révèle les effets concrets de leur gouvernement.


    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire
  • Capitales européennes et diversité culturelle
    Portfolio : L'année 1939 dans les collections du Musée

    n° revue Hommes et migrations, 1327, octobre-décembre 2019
    coordonné par  Françoise Talianodes-Garets et Laurent Martin

    204 p.

    lien vers le musée de l'Histoire de l'immigration

    À l'occasion de l'exposition Paris-Londres. Music Migrations, la revue publie certaines contributions d'un séminaire de recherche sur la place et le rôle de la diversité culturelle dans quatre capitales européennes (Berlin, Londres, Madrid et Paris). Les articles analysent la manière dont la présence des populations immigrées a pu susciter des transferts et une reconnaissance de leurs ressources culturelles vers les scènes artistiques, culturelles et patrimoniales. L'histoire de ces métropoles montre que l'accueil des artistes étrangers est aussi un vecteur d'hybridation culturelle et de modernité.

     

    Sommaire
    Éditorial :
    L'année de tous les tourments, Marie Poinsot

    Article de dossier/point sur
    Capitales européennes et diversité culturelle depuis 1945 : Berlin, Londres, Madrid, Paris, Françoise Taliano-des-Garets et Laurent Martin
    Paris et Berlin, deux scènes musicales cosmopolites ?, Myrtille Picaud
    L’intimité sonore des radios pirates de Londres dans les années 1990, Malcolm James
    Les spécificités culturelles du Todo Vale dans le Madrid de l’après-franquisme, Magali Dumousseau-Lesquer
    Hybridation culturelle et migrations littéraires autour de Londres, Isabelle Le Pape
    Berlin comme carrefour d’histoire(s) et d’identités dans les récits d’écrivains germano-turcs, Myriam Geiser

    Au musée : chantiers de la recherche
    1939, l’ordre et le chaos. Les réfugiés d’Espagne dans le cadre photographique, Marianne Amar

    Au musée : portfolio
    1939 dans les collections du Musée, Elisabeth Jolys-Shimells et Emilie Gandon

    Au musée : réseau
    Médiation hors-les-murs et ancrage territorial, Agnès Arquez - Roth

    Au musée : littérature
    Revues Plurielles : « Les écritures en exil et de l’exil » au salon LittExil , Yannick Kéravec
    La littérature post-coloniale en France au salon LittExil, Alexis Nouss
    Les 10 ans du Prix littéraire de la Porte Dorée au salon LittExil, Florence Bridenne

    Au musée : en scène
    Langue, art et exil. La troisième édition du festival Visions d’exil, Anne Volery

    Au musée : images
    Rock Against Police, le film. La résidence « frontières » du GREC au Musée de l’histoire de l’immigration, Nabil Djedouani

    Champs libres : entretien
    « La pensée décoloniale est peu développée dans le monde politique français et académique », Marie Poinsot

    Champs libres : initiatives
    Ceija Stojka, une artiste rom dans le siècle, Wilma Ladopoulos
    Exposition Beate Serge Klarsfeld. Les combats de la mémoire (1968-1978) au Mémorial de la Shoah, Wilma Ladopoulos
    De Pondichéry à l’Indochine française, réminiscences croisées, Pauline Burtin

    Champs libres : kiosque
    Arithmétique pour gogos ou néguentropie, Mustapha Harzoune

    Champs libres : musique
    L’Abécédaire Afrique, François Bensignor

    Champs libres : films
    Tu mérites un amour, Mouloud Mimoun
    Papicha, Mouloud Mimoun
    Roubaix, une lumière, Mouloud Mimoun
    Les Hirondelles de Kaboul, Mouloud Mimoun

    Champs libres : livres
    Dora Djann, Ouverture à la française, Mustapha Harzoune
    Naïl Ver-Ndoye, Grégoire Fauconnier, Noir. Entre peinture et histoire,, Mustapha Harzoune
    Michaël Ferrier, Scrabble, Mustapha Harzoune
    Daniel Bougnoux et François L’Yvonnet (sous la direction), Cahiers de l'Herne : Jullien, Mustapha Harzoune


    votre commentaire
  • Les enquêtes ouvrières dans l'Europe contemporaine

    Les enquêtes ouvrières dans l'Europe contemporainesous la direction d'Eric Geerkens, Nicolas Hatzfeld,
    Isabelle Lespinet-Moret et Xavier Vigna

    Paris, La Découverte,
    coll. «Recherches», décembre 2019
     

    15,7 cm × 24,5 cm • 448 p.
    isbn 978-2-7071-9984-3
    ean 9782707199843
    prix : papier 28 € • numérique 18,99€
     

    La question sociale, telle qu'elle s'invente avec l'industrialisation, s'avère au premier chef une inquiétude sur la condition ouvrière et son évolution. En revisitant ce qui fut indissociablement une pratique scientifique et une passion politique, cet ouvrage offre une contribution originale à une histoire transnationale de l'Europe contemporaine. S'il est un spectre qui hante l'Europe des XIXe et XXe siècles, c'est bien celui de la classe ouvrière.
    Ces mondes ouvriers, si prompts aux soulèvements, constituent d'abord une énigme que de multiples enquêtes visent à résoudre et une menace qu'il s'agit d'évaluer et de résorber. Ce livre propose le premier inventaire raisonné de ces enquêtes à l'échelle européenne et montre combien ces pratiques structurent le champ politique et les sciences sociales. Partant de trois moments où l'enquête ouvrière s'impose dans le débat public européen, l'ouvrage envisage ensuite des configurations d'enquêtes, saisies au prisme des professions qui les mènent, des organisations qui les suscitent, des thèmes qui les structurent ou des controverses qu'elles nourrissent.
    Au coeur de ces enquêtes, les ouvriers en sont régulièrement aussi les acteurs, y trouvant parfois un terrain de formation. L'ouvrage propose ainsi un étonnant voyage à ses lecteurs : s'il leur fait parcourir l'Europe en tous sens, il les dépayse en les conduisant de la Vienne impériale aux taudis de Manchester et des cités minières du Borinage jusqu'aux usines Mirafiori de Turin. Il revisite aussi des figures illustres des sciences sociales : Engels, Le Play, Weber ou Halbwachs.
    Les faisant voisiner avec des artistes, Zola et les écrivains naturalistes ou les cinéastes autour de Chris Marker autant qu'avec des collectifs soudés par un engagement : des jocistes de Belgique et de France aux militants révolutionnaires français et italiens des années 68.
     
    Table des matières
    Introduction. Observer, écouter, inspirer : deux siècles d’enquêtes ouvrières en Europe, par Éric Geerkens, Nicolas Hatzfeld et Xavier Vigna
    De l’enquête à l’enquête ouvrière : genèse et développement d’un genre - Enquêtes de leur temps, inspirations cosmopolites - Le périmètre des enquêtes - Les enquêteurs - Typologie, pratiques et effets de l’enquête - Bibliographie
    I. Les moments
    1. Naissance de l’enquête : les hygiénistes, Villermé et les ouvriers autour de 1840, par François Jarrige et Thomas Le Roux
    L’appel à l’enquête - L’étiologie des pathologies ouvrières - Usages et fonctions de l’enquête ouvrière - Bibliographie
    2. Engels et l’enquête sociale en Grande-Bretagne, par Fabrice Bensimon
    Enquête sociale et enquête ouvrière en Grande-Bretagne (années 1830 et 1840) - Friedrich Engels, entre enquête et engagement – Conclusion - Bibliographie
    3. Les enquêtes ouvrières belges des années 1840 : un foisonnement sans lendemain, par Éric Geerkens
    Les premières enquêtes ouvrières au tournant des années 1840 - L’enquête officielle de 1843 sur la condition des classes ouvrières et le travail des enfants - La première enquête sur les budgets des ménages ouvriers et autres enquêtes statistiques – Conclusion - Bibliographie
    4. Les enquêtes de la Société fabienne sur la vie ouvrière (Grande-Bretagne, 1884‑1914), par Yann Béliard
    Enquêtes sur la question sociale : une tradition britannique - Spécificités des enquêtes fabiennes - « La vie de famille avec une livre par semaine » (Family Life on a Pound a Week, 1912) : quand les fabiennes ouvrent la voie - « Comment sont logés les habitants de Hull » (How the People of Hull are Housed, 1910) : quand des fabiens de province auscultent le mal-logement – Conclusion - Bibliographie
    5. Les enquêtes ouvrières du Musée social, 1894‑1919, par Isabelle Lespinet-Moret et Xavier Vigna
    Une institution au service de la réforme sociale - Un dispositif d’enquête ambitieux et des moyens généreux - Un bouquet d’enquêtes – Conclusion - Bibliographie
    6. Les études empiriques de Max Weber sur le travail agricole et industriel, par Pierre Desmarez et Pierre Tripier
    La condition du travailleur agricole - De la psychophysique du travail industriel au capitalisme – Conclusion - Bibliographie
    7. Aux origines d’une sociologie critique du travail : opéraïsme et enquête militante en Italie (années 1950‑1960), par Ferruccio Ricciardi
    Société et sociologie dans les années du « miracle économique » - Paris, Detroit et… Crémone : Danilo Montaldi et la conricerca - « L’usage socialiste de l’enquête ouvrière » : Raniero Panzieri et les Quaderni rossi - L’enquête ouvrière en pratique : FIAT versus FIAT – Conclusion - Bibliographie
    8. Des cinéastes militants en quête de sociabilité ouvrière. Prises de vues et prises de positions autour d’À bientôt j’espère., par Catherine Roudé
    La culture pour horizon de lutte - Le cinéma comme point de convergence - Tournages successifs - Un tableau de la condition ouvrière en 1967 par ceux qui la vivent - L’enchâssement problématique des regards – Postérités - Bibliographie
    9. Les Cahiers de Mai : partager l’enquête pour donner la parole, par Nicolas Hatzfeld et Cédric Lomba
    Un journal pour animer des réseaux militants - Élaboration et cristallisation de la parole ouvrière - Au-delà de l’enquête, faire débattre d’une politique ouvrière – Conclusion - Bibliographie
    II. Configurations d’enquête
    10. Enquêtes féministes : collectifs et figures singulières à la Belle Époque et dans le moment 68
    , par Michelle Zancarini-Fournel
    Enquêtes féministes autour de la Belle Époque : de La Fronde (Aline Valette) àLa Bataille syndicaliste (Marcelle Capy) - Enquêtes féministes dans le moment au nom de la sororité - Épilogue - Bibliographie
    11. Les enquêtes de grèves, par Xavier Vigna
    La quête des enquêteurs - La mise en récit - Finalités et prolongements - Bibliographie
    12. « Au plus près des chômeurs »… Les enquêtes sur les sans-travail en Europe pendant la crise des années 1930, par Guy Vanthemsche
    Quelles enquêtes ? À l’initiative de qui ? - Quelles méthodes et quels résultats ? - Bibliographie
    13. Les premiers sociologues urbains et la vie quotidienne des ouvriers dans la France des Trente Glorieuses, par Jean-Claude Daumas
    Paul-Henry Chombart de Lauwe : une observation expérimentale - Henri Coing : du vieux quartier populaire au grand ensemble - Jean-Marie Rainville : l’entrée des ouvriers dans « l’ère de la consommation » - Conclusion - Bibliographie
    14. Des médecins enquêtent sur le travail ouvrier : terrains et pratiques en Belgique et en France, c. 1840 – c. 1914, par Éric Geerkens et Judith Rainhorn
    Le corps malade au cœur des premières enquêtes - Le procédé industriel en ligne de mire : les savoirs hygiénistes de la seconde moitié du XIXe siècle - Des morbidités ouvrières spécifiques au centre des enquêtes : le tournant réformateur de la fin du XIXe siècle - Conclusion - Bibliographie
    15. Quand le roman se fait enquête (Goncourt, Zola, Huysmans), par Jean-Pierre Bertrand
    Le « peuple » entre en littérature : Germinie Lacerteux d’Edmond et Jules de Goncourt - Zola et le monde ouvrier : L’Assommoir - Germinal (1885), le « deuxième roman ouvrier » de Zola - (Le premier) Huysmans - Bilan - Bibliographie
    16. En quête de légitimité : les « travaux originaux » des inspecteurs du travail (1893‑1914), par Valérie Burgos Blondelle et Vincent Viet
    Les ressorts d’un droit d’enquête - Les « travaux originaux » comme objet d’enquête - Bibliographie
    17. 1978 : la première enquête statistique sur les conditions de travail en France. Entretien avec ses concepteurs, par Éric Geerkens et Nicolas Hatzfeld, entretien avec Serge Volkoff et Anne-Françoise Molinié
    Généalogie du projet - Une élaboration coopérative - Questions et questionnement - Des questions aux résultats - Un écho différé - Bibliographie
    18. Observer l’enquête de Charles Booth sur le peuple de Londres (1886‑1903), par Christian Topalov
    Raconter ou compter ? Un nouveau programme scientifique - Enquêter pour compter : l’enquête sur les rues de l’East End - Des informations pour convaincre : le recours aux savoirs locaux - « Quantitatif » et « qualitatif » : produits d’interactions, registres d’argumentation - Bibliographie
    19. Réalités de terrain et terrain des réalités. Les enquêtes du Bureau international du travail entre 1920 et 1940, par Marine Dhermy-Mairal et Isabelle Lespinet-Moret
    Trois ensembles d’enquêtes : leur contexte, leurs objectifs, leurs enquêteurs - Modes d’enquêtes et difficultés matérielles du terrain - Objectivité scientifique et représentations collectives en tension - Réception et mode de diffusion des résultats des enquêtes - Conclusion - Bibliographie
    20. L’enquête sociale sur le Borinage de 1936. Préhistoire des études sociologiques sur les communautés minières, par Nicolas Verschueren
    Aux origines de l’enquête sociale : l’Institut de sociologie et Guillaume Jacquemyns - Le contexte scientifique de l’enquête sur le Borinage - L’enquête sur le Borinage houiller - Conclusion - Bibliographie
    III. Démarches d’enquête
    21. Les enquêtes officielles sur le coût de la vie et l’alimentation ouvrière (1910‑1921)
    , par Anne Lhuissier
    Des salaires aux dépenses : un renversement majeur de l’observation des consommations ouvrières avant-guerre - Les commissions du coût de la vie en 1920 - L’enquête par budgets de la Commission du coût de la vie d’Alsace Lorraine (janvier et mai 1921) - L’alimentation ouvrière dans les enquêtes officielles des années 1920 - Conclusion - Bibliographie
    22. La sociologie française et le travail ouvrier : pourquoi l’enquête, sur quoi l’enquête ?, par Gwenaële Rot et François Vatin
    Étude d’un répertoire - La sociologie du travail et le travail - Le Travail versus le travail : attitudes et engagements - Contrepoint - Qualification et déqualification - L’automation et la nouvelle classe ouvrière - Conclusion - Bibliographie
    23. Observer l’inobservable dans un budget de famille ouvrière. L’expérimentation de Frédéric Le Play auprès de Francisca à Vienne (Autriche), mai-juin 1853, par Stéphane Baciocchi et Alain Cottereau
    L’enquête sur la prévoyance, question à résoudre - L’enquête de plain-pied, à Vienne,
    dans la cuisine de Francisca - Les épargnes flouées de Francisca - Le compte rendu de la co-expérience avec Francisca - Bibliographie
    24. Les frères Bonneff, explorateurs militants du monde du travail dans les années 1900, par Nicolas Hatzfeld
    Des investigations mises en scène - Un ensemble ouvrier ample et multiforme - Quelques lignes de force dans le monde des travailleurs - Bibliographie
    25. Worktown. Les enquêtes fondatrices du Mass-Observation à Bolton (1937‑1938), par Ariane Mak
    Un « scientifique bohème » - Le collectif enquêteur : une bande de jeunes gens privilégiés avec une approche quasi coloniale de l’enquête ? - L’observation dissimulée - Épilogue - Bibliographie
    26. L’enquête sociale dans le dispositif de formation à l’École sociale catholique féminine de Bruxelles (1920‑1940), par Guy Zelis
    L’enquête par observation - L’enquête par questionnaire - L’enquête documentaire - La classe ouvrière, les pauvres et le peuple - Bibliographie
    27. Les enquêtes jocistes en Belgique et en France, c. 1925 – c. 1940, par Éric Geerkens et Xavier Vigna
    La place de l’enquête dans la pensée de Joseph Cardijn - Bref aperçu de l’organisation et de l’évolution de la JOC - La pratique d’enquête de la JOC - Après le « Voir » : « Juger » et « Agir » - Conclusion - Bibliographie

     

     


    votre commentaire
  • En-quête d’Aubervilliers. Atelier d’histoire sociale des étudiants de master-22 janvier 2020En-quête d’Aubervilliers
    Atelier d’histoire sociale des étudiants de master

    22 janvier 2020 • 9h30-17h30 • entrée libre

    Organisation • Les étudiants de l’atelier Aubervilliers du Master HSOC, L’école d’histoire de la Sorbonne, Le Centre d’histoire sociale des Mondes contemporains
    Lieu • Campus Condorcet, Centre colloques, place Front Populaire, Aubervilliers

    9h45-11h25 Aubervilliers, banlieue ouvrière

    11h35-13h Politiques sociales et culturelles

    14h30-16h De la banlieue rouge à la crise des banlieues

    16h-17h30 Projection-débat de Aubervilliers, d’Eli Lotar

    Télécharger programme complet


    votre commentaire
  • Favelas, bidonvilles, baracche, etc. :
    recensements et fichiers

    dossier de la revue Histoire & mesure, 34/1, décembre 2019
    coordonné par Françoise de Barros et Charlotte Vorms

    isbn 978-2-7132-2790-5
    prix • 22,50 €

    lien open-edition

    Favelas, bidonvilles, baracche, des catégories urbaines sont forgées dans la première moitié du XXe siècle pour désigner des zones d’habitat à la fois illégal et matériellement précaire. Un travail de documentation accompagne alors la construction de ce nouveau problème, que l’on entend endiguer et traiter. Ce numéro d’Histoire & Mesure explore les tentatives de mesure du phénomène. Compter les baraques et les bidonvilles, recenser leurs habitants pose la question de la définition de ces catégories, des modalités et des objectifs de telles opérations, ainsi que de l’identité des acteurs qui les mettent en œuvre. La comparaison des différents cas étudiés, au Brésil, en Italie, en Espagne, en Algérie à l’époque coloniale, en France métropolitaine et en Inde, permet de dégager des invariants et de mettre en évidence les effets des contextes nationaux et locaux. 



    Sommaire
    Françoise de Barros & Charlotte Vorms – introduction
    Brodwyn Fischer – From the Mocambo to the Favela : Statistics and Social Policy in Brazil’s Informal Cities. Du mocambo à la favela : statistiques et politique sociale dans les villes informelles du Brésil
    Rafael Soares Gonçalves – Les favelas cariocas dans les recensements nationaux : du local au national et retour. The Favela in the National Censuses : From Rio and Back
    Luciano Villani – Recenser les baraques et leurs habitants à Rome, de la fin du XIXe siècle aux années 1960. Catégories, méthodes et objectifs. Enumerating Shacks and their Inhabitants in Rome from the Late Nineteenth Century to the 1960s : Categories, Methods and Objectives
    Charlotte Vorms – La périphérie sous surveillance. Le recensement des baraques et de leurs habitants à Madrid sous le franquisme. The Periphery under Surveillance : The Census of Shacks and their Inhabitants in Madrid under Francoism
    Jim House – Intervening on “Problem” Areas and their Inhabitants : The SocioPolitical and Security Logics behind Censuses in the Algiers Shantytowns, 1941-1962. Intervenir quand des quartiers et leurs habitants posent « problème ». Les logiques socio-politiques et sécuritaires des recensements dans les bidonvilles d’Alger, 1941-1962
    Françoise de Barros & Muriel Cohen – Entre politiques urbaines et contrôle des migrants : la décolonisation inachevée des recensements des bidonvilles en France (années 1950-années 1970). Between Urban Policies and Migrant Control : the Incomplete Decolonization of French Shantytown Censuses (1950s-1970s)
    Éric Denis & Véronique Dupont – Identifier et dénombrer les slums dans les villes indiennes. De la genèse coloniale à la multiplication des mesures depuis l’indépendance. Identifying and Counting Slums in Indian Cities : From Colonial Beginnings to the Multiplication of Measures since Independence


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires