• Favelas, bidonvilles, baracche, etc. :
    recensements et fichiers

    dossier de la revue Histoire & mesure, 34/1, décembre 2019
    coordonné par Françoise de Barros et Charlotte Vorms

    isbn 978-2-7132-2790-5
    prix • 22,50 €

    lien open-edition

    Favelas, bidonvilles, baracche, des catégories urbaines sont forgées dans la première moitié du XXe siècle pour désigner des zones d’habitat à la fois illégal et matériellement précaire. Un travail de documentation accompagne alors la construction de ce nouveau problème, que l’on entend endiguer et traiter. Ce numéro d’Histoire & Mesure explore les tentatives de mesure du phénomène. Compter les baraques et les bidonvilles, recenser leurs habitants pose la question de la définition de ces catégories, des modalités et des objectifs de telles opérations, ainsi que de l’identité des acteurs qui les mettent en œuvre. La comparaison des différents cas étudiés, au Brésil, en Italie, en Espagne, en Algérie à l’époque coloniale, en France métropolitaine et en Inde, permet de dégager des invariants et de mettre en évidence les effets des contextes nationaux et locaux. 



    Sommaire
    Françoise de Barros & Charlotte Vorms – introduction
    Brodwyn Fischer – From the Mocambo to the Favela : Statistics and Social Policy in Brazil’s Informal Cities. Du mocambo à la favela : statistiques et politique sociale dans les villes informelles du Brésil
    Rafael Soares Gonçalves – Les favelas cariocas dans les recensements nationaux : du local au national et retour. The Favela in the National Censuses : From Rio and Back
    Luciano Villani – Recenser les baraques et leurs habitants à Rome, de la fin du XIXe siècle aux années 1960. Catégories, méthodes et objectifs. Enumerating Shacks and their Inhabitants in Rome from the Late Nineteenth Century to the 1960s : Categories, Methods and Objectives
    Charlotte Vorms – La périphérie sous surveillance. Le recensement des baraques et de leurs habitants à Madrid sous le franquisme. The Periphery under Surveillance : The Census of Shacks and their Inhabitants in Madrid under Francoism
    Jim House – Intervening on “Problem” Areas and their Inhabitants : The SocioPolitical and Security Logics behind Censuses in the Algiers Shantytowns, 1941-1962. Intervenir quand des quartiers et leurs habitants posent « problème ». Les logiques socio-politiques et sécuritaires des recensements dans les bidonvilles d’Alger, 1941-1962
    Françoise de Barros & Muriel Cohen – Entre politiques urbaines et contrôle des migrants : la décolonisation inachevée des recensements des bidonvilles en France (années 1950-années 1970). Between Urban Policies and Migrant Control : the Incomplete Decolonization of French Shantytown Censuses (1950s-1970s)
    Éric Denis & Véronique Dupont – Identifier et dénombrer les slums dans les villes indiennes. De la genèse coloniale à la multiplication des mesures depuis l’indépendance. Identifying and Counting Slums in Indian Cities : From Colonial Beginnings to the Multiplication of Measures since Independence


    votre commentaire
  • La France en guerre dans le second XXe siècle
    Représentations et mémoires contemporaines, 2000-2017

    dossier dirigé par Anne Bernou, Andrea Brazzoduro et Fabien Théofilakis
    Guerres mondiales et conflits contemporains n° 276/4, 2019
    Presses universitaires de France, décembre 2019
    156 p.
    • https

    Extrait de l'introduction
    Le 13 septembre 2018, le président de la République franchissait un pas inédit dans le travail de « juste » mémoire concernant la guerre d’indépendance algérienne. Ce jour, le chef de l’État demandait pardon à la veuve de Maurice Audin, jeune militant communiste arrêté en 1957 à Alger par l’armée française ; son corps n’a jamais été retrouvé. Soixante et un ans après les faits, Emmanuel Macron s’est rendu chez Josette Audin pour lui remettre une déclaration reconnaissant, au nom de la République française, que, si la mort de son mari est, « en dernier ressort, le fait de quelques-uns, elle a néanmoins été rendue possible par un système légalement institué : le système “arrestation-détention” ». […]

     

     

     


    votre commentaire
  • Réparer l'injustice : l'Affaire Maurice Audin

    Réparer l'injustice : l'Affaire Maurice AudinMagalie Besse et Sylvie Thénault

    Paris, Institut Francophone pour la Justice et la Démocratie,
    novembre 2019

    coll. “Transition & Justice, vol. 22"
    252 p.
    isbn : 978-2-37032-230-2

    Jeune mathématicien, militant communiste, Maurice Audin a été arrêté le 11 juin 1957 à Alger par des hommes de la 10e division parachutiste de l'armée française. La législation des pouvoirs spéciaux avait en effet permis la délégation des pouvoirs de police à l'armée. Celle-ci pouvait alors, en toute légalité, arrêter, détenir et interroger tout individu. Comme des milliers d'autres, soumis à la torture, Maurice Audin est décédé dans des circonstances qui restent inconnues et son corps n'a jamais été retrouvé.
    Sa femme, Josette, s'est immédiatement engagée pour rechercher la vérité et dénoncer la disparition de son mari, l'armée prétendant qu'il s'était évadé. Son combat incessant a abouti à une déclaration du Président Emmanuel Macron, le 13 septembre 2018, reconnaissant la responsabilité de l'État français dans la disparition de Maurice Audin.
    Au prisme de cette affaire, cet ouvrage poursuit l'ambition de nourrir la réflexion autour de deux questions : est-il possible de réparer l'injustice ? Comment la justice transitionnelle peut-elle y contribuer, y compris en régime démocratique ?

    Sylvie Thénault est directrice de recherche en histoire au CNRS, Centre d'histoire sociale du XXe siècle, Université Paris 1. Elle est spécialiste du droit et de la répression coloniale en Algérie.

    Docteure en droit, Magalie Besse est directrice de l'IFJD et spécialiste des processus de transitions démocratiques et de Justice transitionnelle.


    votre commentaire
  • Algérie des «événements» à la guerre
    Idées reçues sur la guerre d’indépendance algérienne

    Algérie des «événements» à la guerreSylvie Thénault

    Paris, Le Cavalier bleu éditions, octobre 2019 [2e éd.]
    10,5 x 18 - format poche - broché - 208 p.
    ean : 9791031803753
    prix : 12 €

    Peut-on aujourd’hui parler de la « guerre d’Algérie » d’une façon dépassionnée ? Cinquante ans après les Accords d’Évian, les blessures sont encore vives, les débats toujours d’actualité, les clichés tenaces. L’appellation de la guerre elle-même pose question : « Révolution » ? « Libération nationale » ? « Guerre d’indépendance » ?
    Du long chemin menant des « événements » à la reconnaissance de la guerre, il nous reste bien des idées reçues : « La guerre aurait pu être évitée », « Ce n’était pas une guerre, mais des opérations de maintien de l’ordre », « La bataille d’Alger est le symbole de la guerre d’Algérie », « De Gaulle a donné l’indépendance à l’Algérie », « Les intellectuels français soutenaient le FLN », « Le FLN a mis en place un état autoritaire »…
    Des origines du conflit à nos jours, cet ouvrage retrace les moments-clés et leur impact dans les mémoires.

     

    Sylvie Thénault, historienne, est directrice de recherche au Centre d’histoire sociale des mondes contemporains (CHS).


    votre commentaire
  • Les Français de la Belle Époque

     Les Français de la Belle ÉpoqueAntoine Prost

    Paris, Gallimard, octobre 2019
    Hors série Connaissance
    150 x 220 mm, 384 p.
    isbn 9782072818936
    Gencode  9782072818936
    prix : 22 €
    prix epub : 15,99 €
     
     
     

    votre commentaire
  • La CGT, 1975-1995
    Un syndicalisme à l'épreuve des crises

    La CGT, 1975-1995. Un syndicalisme à l'épreuve des crisessous la direction d'Elyane Bressol, Sophie Béroud,
    Jérôme Pélisse et Michel Pigenet

    Nancy, Arbre bleu éditions, coll. "Le Corps social"
    155 x 240 mm • 536 p.
    isbn 9791090129337
    issn 2114-3919

    prix : 27 €

    lien vers l'éditeur

    Cet ouvrage vient à son heure, celle qu’autorise le recul du temps, sinon la résolution des problèmes posés au syndicalisme. La période 1975-1995, difficile pour le mouvement syndical français, fut catastrophique pour la CGT. L’histoire de la Confédération ne manque pas d’épisodes douloureux, voire tragiques. Jamais les revers et les reculs ne s’étaient toutefois prolongés aussi longtemps.

    Fruit de la coopération de spécialistes reconnus et de jeunes chercheurs – historiens, sociologues, politistes – ainsi que de syndicalistes, l’ouvrage interroge la manière dont la CGT a traversé ces deux décennies. Au fil des chapitres, la quarantaine d’auteurs réunis offre une exploration inédite de l’organisation et de ses militants, observés du Bureau confédéral aux échelons les plus élémentaires et dans les contextes les plus variés.

    Les directeurs de la publication : Sophie Béroud est politiste, professeure des Universités à Lyon 2, membre du laboratoire Triangle (UMR CNRS) ; Élyane Bressol, militante syndicale, a présidé l’Institut CGT d’histoire sociale de 2008 à 2017. Membre de la commission exécutive de la CGT de 1975 à 2002 ; Jérôme Pélisse est professeur des universités à Sciences Po Paris et chercheur au Centre de sociologie des organisations (UMR CNRS) ; Michel Pigenet, professeur émérite d’histoire à l’Université Paris 1 et chercheur au Centre d’histoire sociale des mondes contemporains (CHS).

    Avec les contributions de Gérard Alezard, François Alfandari, Michelle Baracat, Renaud Bécot, Martine Bernard-Roigt, Sophie Béroud, Joël Biard, Thibaud Blaschka, Anne Bory, Jean-Claude Boual, Paul Boulland, Élyane Bressol, Lydia Brovelli, Geneviève Combeau, Maryse Dumas, Fanny Gallot, Alain Gautheron, Vincent Gay, Baptiste Giraud, Alban Graziotin, Jean-Octave Guérin-Jollet, Alain Guichard, Ingrid Hayes, Joël Hedde, André Jaeglé, Clair Juilliet, Bernard Lamirand, Bruno Mahouche, André Narritsens, Marc Norguez, Jérôme Pélisse, Anton Perdoncin, Jean-Marie Pernot, Michel Pigenet, Nathalie Ponsard, Bruno Prati, Barbara Prost, Pascal Raggi, Claude Roccati, Guillaume Roubaud-Quashie, Nicolas Simonpoli, Matthieu Tracol, Henri Tronchon, Guillaume Trousset, Alphonse Véronèse, Romain Vila.


    votre commentaire
  • Histoire des réformes de l'éducation
    De 1936 à nos jours

    Histoire des réformes de l'éducation. De 1936 à nos joursAntoine Prost

    Paris, Points, coll. Points Histoire, mai 2019
    400 p.

    L'École semble impossible à réformer, et pourtant, elle a beaucoup changé. C'est ce paradoxe qu'on éclaire ici, en retraçant l'histoire des réformes de l'éducation depuis Jean Zay au temps du Front populaire jusqu'à François Fillon en 2005. Certaines ont suscité la polémique et fait beaucoup de bruit ; d'autres sont passées inaperçues. Bref, le changement a pris de multiples visages. Pourquoi certaines réformes ont-elles réussi et d'autres échoué ?


    votre commentaire
  • Rites funéraires du judaïsme

    Patricia Hidiroglou

    Paris, Fage éditions
    coll. Dilaceration Corporis, septembre 2019

    96 p. 

    EAN :
    9782849756119

    Format : Epub fixed layout • prix 6,99€
    Protection : Digital Watermarking
    version papier • prix 9,90 €

    lien pour l'achat du livre

    Rites funéraires du judaïsme présente les rites du judaïsme qui à l’époque contemporaine compte plusieurs courants principaux : orthodoxe, traditionnaliste, réformé ou libéral. Certaines prescriptions très anciennes concernant la mort d’un proche continuent d’être respectées : inhumation et non crémation, délai très court entre décès et mise en terre, recours à une hevra qaddisha, simplicité du cercueil et de l’enterrement, déchirure d’un vêtement des personnes directement en deuil et récitation du Qaddish* devant la fosse. Les rites funéraires juifs ignorent l’embaumement et l’exposition du défunt.

    Patricia Hidiroglou, professeur émérite d'histoire et d'anthropologie des mondes juifs à l'université Paris 1 Panthéon- Sorbonne, est l'auteur de nombreux articles et ouvrages d'anthropologie religieuse et culturelle.

     


    votre commentaire
  • Un siècle d'histoire culturelle en France de 1914 à nos jours
     

    Un siècle d'histoire culturelle en FranceFrançoise Taliano-des Garets

    Paris, Armand Colin, août 2019.
    432 p.
    Ean 13 : 9782200286637
    prix : 26,50 €

    Au pays de l’exception culturelle, diffusion et pratiques de masse ont connu depuis plus d’un siècle un développement continu. Les contacts avec le monde se sont intensifiés, érodant les frontières entre les divers types de culture (populaire/d’élite, rurale/urbaine, régionales/nationale…). Un processus de brassage a conduit la France, ancien empire colonial, vers toujours plus de diversité.
    Le présent ouvrage scrute ces mutations en conjuguant à la fois histoire culturelle et histoire des arts, approche hexagonale et excentrée. Il s’interroge sur les moteurs du changement, technologiques, économiques, politiques, leur impact sur la sphère culturelle. L’intervention politique dans la culture, du local à l’international, y est examinée, sa progressive affirmation, ses mutations, voire sa remise en cause. Il révèle également des permanences. Entre réalité et représentations, des spécificités de la culture française sont ainsi mises en exergue : attachement à la République et ses valeurs, engagement intellectuel, rayonnement de son patrimoine et de sa création…
     

    SOMMAIRE
    Introduction.
    Contrastes, fractures et affirmation de la culture de masse de 1914-1945.
    La vie culturelle en 1914. La Grande Guerre et comment l'oublier ?
    Culture des années noires. Reconstruction et modernisation de 1945 aux années 1980.
    La nouvelle donne des années 1950.
    Affrontements culturels.
    Des Sixties aux années 1980.
    D'un millénaire à l'autre, mutations et interrogations des années 1980 à nos jours.
    Les années Mitterrand, culture et communication.
    Le mouvement des idées. La culture française dans les turbulences de la mondialisation.
    Conclusion.

     

    Françoise Taliano-des Garets est professeure d’Histoire contemporaine spécialisée en histoire culturelle.
    Membre du CHS Mondes contemporains Paris 1 Panthéon-Sorbonne, elle enseigne à Sciences Po Bordeaux où elle dirige un master de management de projets culturels et développement des territoires.


    votre commentaire
  • Genres urbains

    Genres urbainssous la direction d'Emmanuel Bellanger, Thibault Tellier,
    Loïc Vadelorge, Danièle Voldman et Charlotte Vorms

    Paris, Créaphis éditions, juin 2019
    383 p. illustrées
    prix : 25 €

    lien vers l'éditeur

    Où en est l'histoire urbaine des sociétés contemporaines? Cet ouvrage, inspiré par Annie Fourcaut, qui contribua de manière décisive à son développement, propose un état des lieux de ce champ. De Femmes à l'usine (1981), Bobigny, banlieue rouge (1986), à La Banlieue en morceaux (2000), en passant par les publications collectives qu'elle a coordonnées et les travaux qu'elle a encadrés, la trajectoire de cette historienne a conduit l'histoire sociale et politique – telle qu'on la pratiquait dans les années 1970 – vers une histoire urbaine renouvelée.

    Le livre revient sur cette évolution et explore des pistes de recherche ouvrant l'histoire urbaine à une variété de « genres ». Les auteurs, historiennes et historiens, sociologues, politistes, géographes, urbanistes et décideurs politiques proposent une histoire urbaine à la fois interdisciplinaire et ancrée dans la fabrique de la ville et ses représentations, portant la marque de sa dédicataire.

    Les quatre sections de l'ouvrage dessinent les chantiers qu'Annie Fourcaut a investis : « Du social à l'urbain » met en avant la conviction qu'étudier l'histoire des villes, c'est toujours faire de l'histoire sociale; « Qu'elle était belle la banlieue » est centré sur les banlieues, son territoire d'étude de prédilection; « Les habits neufs des politiques de la ville » interroge les politiques urbaines successives et leur transformation; enfin, « Banc d'essai des modernités » propose une analyse historique de l'urbanisme, comme discipline et comme pratique.

    Textes, images et documents de : (par ordre d'apparition dans le livre) Danièle Voldman, Charlotte Vorms, Loïc Vadelorge, Thibault Tellier, Emmanuel Bellanger, Viviane Claude, Isabelle Backouche, Martine Berger, Simon Ronai, Camille Canteux, Takao Nakano, Frédéric Saly-Gioccanti, Marie-Hélène Bacqué, Sylvie Fol, Paul Chemetov, Pierre Gaudin, Emmanuel Bellanger, Fréadéric Moret, Emmanuelle Le Goullon, Antoine Prost, Florence Bourillon, Diego Beija de Souza, Rémi Baudouï, Laurent Coudroy de Lille, Jean-Pierre Frey, Pierre Mansat.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique