• Des familles invisibles
    Les Algériens de France entre intégrations et discriminations (1945-1985)

    Des familles invisibles. Les Algériens de France entre intégrations et discriminations (1945-1985)Muriel Cohen

    Paris, édittions de la Sorbonne, février 2020
    380 p. illustrées 

    issn : 2105-5505
    isbn : 979-10-351-0519-8
    prix 30 €

    lien vers l'éditeur

    L’immigration algérienne des années 1950-1970 est souvent associée à un stéréotype, celui d’hommes seuls, débarqués par bateau à Marseille, logés dans des foyers Sonacotra ou des bidonvilles, à proximité de l’usine où ils travaillent. Ce cliché repose largement sur l’idée que le regroupement familial n’a été instauré qu’en 1976, après avoir mis fin à l’immigration de travail, et a conduit les partisans d’une politique migratoire restrictive à présenter l’immigration familiale comme l’origine des difficultés sociales qui affectent les banlieues populaires au début des années 1980. Pourtant, plus de 80 000 familles algériennes vivaient déjà en France à cette époque.
    Au croisement de l’histoire coloniale, urbaine et des migrations, cet ouvrage retrace les trajectoires des premières familles algériennes installées en France, principalement à Nanterre et dans l’ouest de la région parisienne. Il mobilise à la fois des archives administratives, pour appréhender les politiques publiques mises en place à l’égard de ces familles, mais aussi des dossiers de regroupement familial, des entretiens ainsi que les archives privées de Monique Hervo – une figure militante qui s’est installée dans le bidonville de la Folie à Nanterre dès 1959 –, pour saisir l’expérience vécue par ces populations. Ces matériaux, en partie inédits, dessinent une autre image de l’immigration algérienne, où se côtoient les familles des bidonvilles, qui font pour certaines partie intégrante de la société de consommation, et les familles « invisibles », lesquelles, comme les ouvriers français, connaissent les logements trop petits, les taudis, mais aussi, parfois, les logements sociaux. Malgré tout, l’existence même des bidonvilles et de quelques segments du parc social concentrant des Algériens a servi de prétexte au développement d’une politique d’immigration spécifique, qui limite l’arrivée des familles algériennes après l’indépendance. À la fin des années 1970, les tentatives visant à exclure les Algériens du territoire échouent, mais le contexte de la crise économique, les discours hostiles et les pratiques discriminatoires à leur égard entraînent une rupture du processus d’intégration socio-économique amorcé au cours des années 1960.

    Muriel Cohen est docteure en histoire contemporaine de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et professeure agrégée ; elle enseigne actuellement au lycée de Stains (Seine-Saint-Denis). Ses recherches portent sur l’histoire des migrations coloniales et l’histoire du logement en France dans la seconde moitié du XXe siècle.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique